Alimentation : Presque tous les sels de table contiendraient du plastique

Voici une preuve de plus s’il en fallait de la dégradation des eaux de nos rivières et de nos océans. D’après une étude réalisée en Malaisie au cours de laquelle diverses marques et donc divers types de sel de table ont été analysés, la majeure partie contiendrait des traces de plastiques en provenance directe de différentes sources de pollution liées à l’activité humaine.

micro plastique dans sel de table

Des microplastiques dans le sel

Après les traces de métaux lourds dans les petits pots pour bébé, voici qu’une étude malaisienne nous apprend que du plastique se cacherait dans le sel que nous utilisons tous les jours à table pour assaisonner nos aliments.

Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs ont comparé dix-sept marques différentes de sel de table en provenance des quatre coins du monde à savoir d’Australie, d’Iran, du Japon, de Nouvelle-Zélande, du Portugal, d’Afrique du Sud, de Malaisie et de France.

Si le résultat ne partage pas les noms des marques en question, il révèle toutefois qu’une seule ne comportait aucune trace de microplastiques alors que les seize autres en affichaient des quantités plus ou moins importantes.

Parmi ces traces, les scientifiques ont pu relever différents polymères en provenance des déchets et notamment des sacs plastiques en décomposition dans la nature, mais aussi des fibres synthétiques qui composent en partie nos vêtements et des micro-billes de plastique, encore largement utilisées pour les produits d’hygiène bien que prochainement interdites en France.

Ces fibres et ces micro-billes sont évacuées par nos canalisations au moment des douches et des lessives, se retrouvent dans les égouts puis dans les rivières, dans les océans et enfin dans le sel posé sur notre table.

Pas de conséquence sur la santé

Les quantité relevées seraient encore trop faibles pour avoir une influence sur la santé. Toutefois au rythme ou vont les choses et parce que les effets ne sont pas les mêmes sur une personne adulte et sur un jeune enfant, il est urgent de réduire notre utilisation de plastique et d’apprendre à le recycler au mieux comme c’est déjà le cas avec les bouteilles.

De nombreux autres matériaux existent aujourd’hui pour le remplacer comme l’amidon dans le cas des sacs plastiques désormais interdits en grande surface.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !