Un forfait de 50 € offert par l’État pour réparer son vélo

Le Gouvernement poursuit ses réflexions autour du déconfinement qui devrait commencer à partir du 11 mai 2020. À cette date, les Français vont pouvoir recommencer à sortir de chez eux sans attestation, y compris pour des déplacements qui ne sont pas forcément de première nécessité. Malgré tout, puisque le Covid-19 reste présent, il faut apprendre à vivre avec et à éviter sa propagation. Pour cela, l’État prévoit plusieurs mesures, dont une prime de 50 € pour faire réparer son vélo et ainsi désengorger les transports collectifs des grandes villes.

Un forfait de 50 € pour que les Français puissent réparer leur vélo financé par l’État

Pas besoin d’avancer les 50 € pour les clients bénéficiaires !

Si certains Français qui le peuvent vont certainement continuer le télétravail après le déconfinement, d’autres vont devoir de nouveau se déplacer chaque jour pour exercer leur activité professionnelle. Dans les grandes villes, on craint donc une surfréquentation des bus, tramways et autres métros qui peuvent vite devenir de véritables foyers de contamination.

Afin d’encourager les citadins à prendre le vélo plutôt que le métro, l’État propose un forfait de 50 € pour remettre son deux-roues en état, qu’il s’agisse de lui installer de nouveaux pneus, de réparer un dérailleur ou encore de changer une chaine, par exemple.

Les Français pourront profiter de ce forfait de 50 € facilement en se rendant chez un réparateur agréé : le site de la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) répertorie tous les professionnels participant au dispositif. Les clients n’auront rien à débourser s’ils mettent leur vélo à réparer dans une structure participante, l’artisan avancera les frais et l’État le remboursera. Bien évidemment, si la somme à payer dépasse les 50 €, il faudra tout de même régler la différence, mais cela permettra d’économiser sur la facture finale.

Selon les informations du journal Le Figaro, plus de 3 000 professionnels et associations seraient déjà inscrits sur la plateforme dédiée. En parallèle, l’État envisage aussi de créer des places de stationnement temporaires pour les vélos dans les villes. De plus, ceux qui le souhaitent devraient pouvoir suivre gratuitement une formation pour reprendre le vélo en toute confiance et en sécurité.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. mohamedvoann 3 mai 2020 - 15 h 57 min

    Bonjour, excellent, merci.