Caries dentaires : Les plombages au mercure bientôt interdits

Alors que l’on connait depuis longtemps les dangers du mercure que ce soit pour l’environnement ou pour la santé, les autorités européennes ont choisi d’interdire à compter du 1er Juillet 2018, les amalgames utilisés pour combler les caries dentaires qui utilisent ce métal pour plus de 50% de leur composition. Toutefois, cette sage précaution ne s’étendra pas à tous les patients mais seulement à une partie restreinte d’entre eux.

les plombages au mercure bientôt interdits pour les caries

Le mercure, une substance dangereuse pour la santé

Le fait n’est pas nouveau, le mercure est une substance toxique tant pour la nature que pour la santé humaine et considérée par l’OMS comme faisant partie d’un des « dix produits chimiques ou groupes de produits chimiques extrêmement préoccupants » pouvant avoir des « effets toxiques sur les systèmes nerveux, digestif et immunitaire, et sur les poumons, les reins, la peau et les yeux ».

Utilisée pour plus de la moité de la composition des amalgames dentaires plus communément appelés plombages, la substance va donc conduire à leur prochaine interdiction et ce à compter du 1er Juillet 2018. Cependant les, Commission européenne, Parlement européen et Conseil européen ont décidé de ne faire porter cette nouvelle mesure que sur les enfants de moins de 15 ans, les femmes enceintes et les mamans allaitantes.

Alors que patients et dentistes sont essentiellement exposés aux dangers du mercure (sous forme de vapeurs) au moment de la pose, mais aussi au fur et à mesure de la dégradation des plombages dans la bouche, le métal lours passe dans le sang ainsi que dans les poumons où il finira par être stocké, on peut donc se demander pourquoi l’interdiction ne porte pas sur l’ensemble des patients.

Quoi qu’il en soit, et puisque des solutions de remplacement existent notamment grâce aux composites faits de résine ou de ciments de verres ionomèresla France dispose du droit d’étendre cette précaution.

En ce qui concerne les plombages déjà posés il serait finalement plus sûr de les conserver en l’état dans la mesure ou leur dépose entrainerait de plus grands risques d’inhalation et demanderait la prise de précautions très particulières et exigeantes.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !