Adolescents : Bientôt des rendez-vous gratuits chez le psychologue

Parce que de plus en plus de jeunes souffrent d’un mal-être parfois difficile à déceler et donc à prendre en charge avec efficacité, une expérimentation menée très prochainement dans huit départements et communes du territoire français va leur permettre de bénéficier de consultations gratuites chez le psychologue. Les enfants et les jeunes adultes âgés de 11 à 21 ans seront concernés.

consultations chez le psychologue gratuites pour les adolescents

Jusqu’à 12 séances chez le psychologue 100% remboursées

En France en 2014 et selon un rapport de l’Unicef, plus d’un tiers des jeunes et 50% des adolescents de plus de 15 ans étaient en souffrance psychologique.

C’est pourquoi, dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité Sociale votée en décembre 2016, une expérimentation va être menée dans le but de trouver de meilleurs moyens pour prendre en charge la détresse des ces jeunes français.

Ces rendez-vous, 100% remboursés par la Sécurité Sociale et prescrits par le médecin traitant, médecin scolaire ou encore par le pédiatre, pourront être de 12 au maximum et nécessiteront obligatoirement l’accord de l’adolescent concerné ou des ses parents.

Tout sera fait pour assurer le confort des jeunes suivis. Ainsi chaque psychologue sera dans l’obligation de signer une charte liée à expérimentation tandis que la « Maison des adolescents » de chaque département supervisera les dossiers. De plus les jeunes patients pourront demander à changer de spécialiste au cours de leurs séances.

Le décret précise également que les cas les plus sévères de dépression à tendances psychiatriques ou suicidaires seront orientés vers un parcours de soins spécialisé.

De cette façon et pour les quatre années à venir, les départements de la Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de la Meuse, des Vosges, des Ardennes et du Haut-Rhin ainsi que les communes de Trappes et des Mureaux dans les Yvelines et de Garges-lès-Gonesse, Sarcelles, Goussainville et Villiers-le-Bel dans le Val d’Oise sont autorisés par le décret publié au journal Officiel le 7 mai, à débuter cette expérimentation.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !