Pieds brûlés dans ses chaussures neuves : Un produit chimique en cause

Le 10 juin dernier une femme se rend dans un magasin de Béthune, une ville du Nord-pas-de-Calais, pour y acheter une nouvelle paire de chaussures. Elle déboursera 75€ et se retrouvera moins de 24 heures plus tard avec d’importantes brûlures sur la plante des pieds qui nécessiteront sept jours d’arrêt de travail. Un produit chimique pourtant interdit en Europe en serait la cause.

pieds brules a cause de chaussures

Le diméthylfumarate, un produit antimoisissure interdit

Il aura fallu moins de 24 heures à cette femmee pour voir ses pieds gonfler et ressentir une insupportable sensation de brûlure après avoir porté sa nouvelle paire de chaussures toute la journée.

Déjà, un petit moment après les avoir enfilées, elle éprouvait une impression de chaleur excessive, puis des cloques sont apparues, avant qu’il lui devienne complètement impossible de marcher.

Après avoir passé son week-end les pieds dans une bassine d’eau afin d’atténuer la douleur, la malheureuse peut enfin consulter un médecin. Celui-ci diagnostique des brûlures en lien avec un agent chimique. Il lui prescrit immédiatement sept jours d’arrêt total de travail ainsi que des calmants.

Après analyse d’une inspectrice de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) alertée par la cliente, la présence de diméthylfumarate est révélée.

Il s’agit d’un antifongique utilisé pour empêcher l’apparition de moisissure déjà mis en cause il y a une dizaine d’années dans l’affaire des canapés chinois ayant provoqués de graves réactions cutanées chez de nombreux acheteurs au Royaume-Uni, en Finlande puis en France.

L’agent chimique bien qu’interdit en Europe, a pu atteindre la peau de cette femme en raison de la provenance des chaussures, fabriquées en Turquie.

Selon elle, il est urgent que les pouvoirs publics fassent le nécessaire pour que ce type d’article cesse d’être proposé à la vente dans les boutiques. Alors qu’elle compte mener un combat en ce sens, huit personnes supplémentaires se seraient déjà signalées à la DGCCRF du Pas-de-Calais et cinq autres dans la région Nord. 

Aussi dans l’attente de résultats scientifiques et définitifs, soyez vigilants au moment de faire vos achats.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !