Fiscalité : Quels impôts et taxes ont le plus augmenté cette année ?

Rien d’étonnant à cela, mais depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron et plus particulièrement depuis le début de l’année 2018, la valse des taxes va bon train. Si chaque gouvernement se prête volontiers au jeu des taxes ajoutées, supprimées et revalorisées, lesquelles l’ont été depuis le 1er janvier ? L’équipe du président fondateur du mouvement « En Marche ! » est-elle plus dure avec le pouvoir d’achat des Français que celles qui l’ont précédé ?

hausse taxes 2018

Le gouvernement Macron exigeant en matière de taxes ?

C’est un fait, chaque année au 1er janvier certaines taxes sont réévaluées, tandis que d’autres entrent en vigueur. Quelques unes, souvent moins nombreuses sont supprimées. Mais qu’en est-il pour 2018 ? Bien que le gouvernement ait entériné la baisse des cotisations sociales sur les salaires, le pouvoir d’achat des Français est-il plus important ?

Difficile à dire. Pour le savoir il faudrait prendre en compte avec exactitude toutes les hausses, les baisses et les créations d’impôts de cette année. Quoi qu’il en soit en voici les principales.

Les taxes qui ont augmenté en 2018

Depuis le 1er janvier les ménages ont pu voir la taxe inondation entrer en vigueur. Créée en 2014 sous le gouvernement de François Hollande elle fait aujourd’hui son apparition. Son montant, fixé par les collectivités peut atteindre 40€ par an et par personne.

Impossible également de passer à côté de la taxe « abris de jardin », laquelle progresse en 2018 de pas moins de 3%. Créée en 2012 elle atteint notamment en Île-de-France, la somme de 559€ pour une construction de 8m2.

On pourrait également parle de la taxe carbone ou de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Toutes deux ont fait et feront encore bondir le coût des carburants en France.

La hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) ainsi que de la fiscalité du tabac pèsent également assez lourd sur le budget d’une grande partie des administrés.

De nouvelles contributions

Mais au-delà de notes de plus en plus salées, un certain nombre d’autres contributions plus ou moins connues ont vu le jour. C’est par exemple le cas des taxes sur l’exploration d’hydrocarbures et sur les gîtes géothermiques à haute température.

On note également l’apparition d’une taxe pour le développement des industries de fabrication du papier, du carton et de la pâte de cellulose, d’une taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules de tourisme et d’une autre portant sur les plus-values réalisées à l’occasion des cessions de logements par les organismes d’habitations à loyer modéré et les sociétés d’économie mixte agréées.

Plus connus l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) et le prélèvement forfaitaire à taux unique de 30% sont aussi entrés en vigueur cette année.

Il faut toutefois reconnaître que le gouvernement actuel est à ce titre en dessous de la moyenne. En 2012 pas moins de 15 nouvelles taxes avaient été mises en place, contre 13 l’année suivante.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !