Contrefaçon : Que risquent les acheteurs de produits copiés ?

L’été est la pleine période de la contrefaçon. Sacs à main, montres et vêtements de grandes marques sont toujours plus copiés pour être revendus seulement quelques euros au gré des marchés et des plages, à des vacanciers souvent tentés. Pourtant, ce type de commerce est interdit et entraîne des sanctions pour les revendeurs mais également pour les clients. Quelles sont-elles ?

risques contrefaçon

Quels risques pour l’achat d’un faux produit de marque ?

Bien que les services de police et les douanes ne cessent de renouveler leurs mises en garde, les saisies de produits contrefaits sont chaque année plus nombreuses avec rien que pour l’année 2015, 41 millions d’articles confisqués en Europe.

Ce chiffre, en hausse de 15% par rapport à l’année précédente, démontre à la fois le manque d’information des acheteurs mais aussi la présence de plus en plus criante de faux produits notamment dans les zones touristiques et sur les étales des marchés.

Pourtant, ces articles qui ressemblent aux produits de luxe, sacs à main, montres ou chaussures, mais également aux objets de la vie courante, peuvent s’avérer dangereux. Afin de les proposer à un prix défiant toute concurrence, les fabricants omettent notamment d’appliquer les réglementations obligatoires notamment en matière de contrôle et de sécurité.

Ainsi faux jouets, fausses pièces auto, poussettes contrefaites et même faux médicaments peuvent avoir de graves conséquences pour les acheteurs.

Reconnaître un article contrefait

Parce qu’il n’est pas toujours facile de reconnaître le faux du vrai, quelques précautions pourront vous permettre de ne pas tomber dans le piège de la contrefaçon :

  • Éviter les vendeurs à la sauvette
  • Préférez les boutiques avec pignon sur rue
  • Fuyez les commerçants qui exigent un paiement en espèces
  • Méfiez-vous des prix trop bas
  • Inspectez le produit et ses finitions (coutures, fermetures, impressions, étiquettes …)
  • Enfin sachez qu’un article de marque est toujours accompagné d’un certificat de garantie

La possibilité de poursuites judiciaires

En cas de contrôle de police ou de douane, la détention de produits contrefaits est un délit qui pourra coûter cher, même au client non averti. L’amende correspondante se monte à une ou deux fois le prix réel de l’article contrefait, et peut être assortie d’une peine de prison allant jusqu’à trois ans en cas de circonstances aggravantes.

Toutefois les poursuites se limitent le plus souvent à la confiscation du ou des produits, ajoutée d’une contravention.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !