Impôts dès 2018 : Ce qui va augmenter ou diminuer

Depuis le début de l’été 2017, les réformes fiscales s’enchaînent concernant tout autant les particuliers que les entreprises. Création de nouvelles taxes, hausses et baisses d’impôts seront donc au programme pour 2018, mais en si grand nombre qu’il est parfois difficile de s’y retrouver. De la taxe d’habitation à la transformation de l’impôt sur la fortune, une partie du programme fiscale du gouvernement est d’ores et déjà connu.

loi de finance

La liste des réformes fiscales prévues pour 2018

Au fil des semaines, de plus en plus d’ordonnances viennent préciser ce que sera la loi de finances du gouvernement d’Emmanuel Macron pour 2018. Nombre d’entre elles concernent les particuliers bien que les entreprises ne soient pas non plus exemptes de réformes.

1. Exonération de taxe d’habitation pour 80% des foyers contribuables

À l’horizon 2020 80% des foyers soumis au paiement de la taxe d’habitation devraient en être exonérés. Dans un premier temps 30% d’entre eux bénéficieront de cette remise fiscale dès l’année prochaine sous réserve que leurs revenus soient inférieurs à 27 000€ au titre du revenu fiscal de référence annuel pour une personne célibataire, 43 000€ pour un couple sans enfants et 49.000€ pour un couple avec enfant.

Concernant les 20% de foyers qui resteront imposés à ce titre, la taxe ne devrait pas augmenter ainsi que l’a indiqué le gouvernement, précisant également que le manque à gagner pour les collectivités serait compensé.

2. Hausse de la CSG

Après avoir annoncé une baisse des cotisations salariales, le gouvernement a indiqué son souhait d’augmenter la CSG à hauteur de 1,7 point et ce dès le 1er janvier 2018. Selon les premières estimations tandis que cette hausse ne devrait pas porter atteinte au pouvoir d’achat des actifs, les retraités dont la pension est supérieure à 1 200€ net par mois devraient être plus impactés.

3. Mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU)

À compter de 2018, les revenus issus de l’épargne seront tous taxés selon un prélèvement unique de 30%. Si le Livret A reste exonéré, l’assurance-vie est concernée pour les contrats supérieurs à 150 000€ tandis que les nouveaux Plan Épargne Logement (PEL) ouverts en 2018 le seront aussi. Les PEL en cours reste exonérés jusqu’à la douzième année à la suite de quoi ils seront également soumis au PFU.

4. L’ISF devient l’IFI

L’Impôt de Solidarité sur la Fortune devient l’Impôt sur la Fortune Immobilière. Bien que les barèmes restent les mêmes, les valeurs mobilières (actions, obligations, stocks options …) ne seront désormais plus comptabilisées, seuls les patrimoines immobiliers supérieurs à 1.3 million d’euros net seront pris en compte pour le calcul.

5. Réduction de l’impôt sur les sociétés

En 2022, l’impôt sur les sociétés aura été réduit de 33,33% à 25% et dès 2018 les 500 000€ premièrement encaissés, imposés à 28%. Au delà de cette somme le taux d’imposition sera de 31% mais uniquement à compter de 2019. De même le CICE (Crédit Impôt Compétitivité Emploi) devrait se muer en baisse de charges « pérenne » pour les entreprises.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !