Loyer : Comment se faire aider en cas de difficultés pour payer

Il arrive qu’au moment de payer le loyer à la fin du mois les caisses soient plus ou moins vides. Pourtant, lorsque de réelles difficultés s’annoncent, qu’elles soient passagères ou non, un locataire à tout intérêt à prendre contact avec son propriétaire ou d’autres organismes pour en parler. En effet, en cas de problèmes financiers, il existe des aides pour vous permettre de vous acquitter plus facilement de votre votre loyer.

aides pour payer son loyer

Que faire en cas de problème pour payer son loyer ?

Même si la première réaction est bien souvent celle de minimiser le soucis, un retard de loyer vous rattrape vite et l’accumulation d’impayés peut être dangereuse. Aussi, plutôt que d’opter pour la « politique de l’autruche », en cas de difficultés financières, sachez que plusieurs recours vous sont offerts.

1. Penser à négocier

Suite à une séparation, à un long arrêt maladie ou à une lourde dépense imprévue, au moment de payer le loyer votre compte est dans le rouge ? Prenez contact avec votre bailleur et tentez de trouver un terrain d’entente. Il pourra s’agir simplement de quelques jours de plus sur l’échéance mais aussi d’un fractionnement du paiement ou encore d’une diminution du montant du loyer en échange par exemple de travaux de rénovation.

Concernant le logement social, un protocole d’étalement de la dette pourra être mis en place. Quoi qu’il en soit, à la moindre question n’hésitez pas à prendre contact avec l’AnilAssociation nationale d’information du logement.

2. Se renseigner auprès de la CAF

En amont des difficultés mais également lorsqu’elles surviennent, il est toujours temps de prendre rendez-vous auprès de la CAF (ou de la MSA) mais aussi d’effectuer une simulation en ligne des aides au logement auxquelles vous pouvez prétendre. APL, ALS ou ALF, peuvent vous être attribuées en cas de baisse de revenus et en fonction de la composition de votre foyer.

N’oubliez pas non plus si votre changement de situation est durable, de demander une réévaluation de vos droits.

3. Solliciter Action Logement

La garantie des loyers impayés prévue par Action Logement, auparavant appelé 1% Logement, permet d’obtenir le versement sous conditions de vos loyers et charges pouvant aller jusqu’à 9 mois. Le remboursement se fera ensuite sur trois ans.

Cette aide réservée aux salariés du privé ayant souscrit à l’assurance Visale, constitue une avance des sommes et peut permettre de faire face à des difficultés passagères.

4. Recourir aux services sociaux

Dans certains cas ces aides ne suffisent pas à sortir de l’endettement. Il peut alors être utile de faire appel aux services sociaux par le biais d’une assistante sociale dont vous trouverez les coordonnées auprès de votre mairie ou du conseil général.

Pensez aussi au Fonds de solidarité pour le logement (FSL) de votre département, l’un comme l’autre pourront vous orienter et vous permettre d’obtenir des subventions exceptionnelles pour le paiement de vos factures d’énergie ou de vos quittances de loyer.

5. La commission spécialisée de coordination des actions de prévention des expulsions

Le locataire, le bailleur, la CAF ou la MSA le cas échéant, peuvent saisir la commission spécialisée de coordination des actions de prévention des expulsions afin de trouver une solution concernant l’impayé ou pour reloger un locataire en grande difficulté.

6. Monter un dossier de surendettement

Dans le cas ou les arriérés de loyer se cumulent avec d’autres types de dettes, il peut être utile d’avoir recours à la commission de surendettement. Si un dossier est ouvert, la dette pourra être simplement reportée, échelonnée ou même dans certains cas effacée en cas de « situation irrémédiablement compromise ».

7. Le tribunal d’instance

Si aucun accord n’a pu être trouvé en amont, le tribunal d’instance de votre domicile peut, quant à lui, accorder des délais de paiement.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !