Impôts 2017 : Moins de CSG pour les retraités et hausse de la prime d’activité ?

À l’approche de l’élection présidentielle du printemps prochain, les annonces se multiplient mais une surtout retient l’attention depuis plusieurs semaines déjà.

Le geste fiscal dont François Hollande devrait faire l’annonce cet été pourrait finalement prendre la forme d’une baisse de la CSG pour certains retraités ou encore d’une hausse du montant de la prime d’activité.

baisse csg retraites et hausse prime activite

Un geste fiscal annoncé depuis plusieurs semaines

Alors que les spéculations vont bon train depuis quelques temps autour d’une baisse de l’imposition sur le revenu pour 2017, il se pourrait finalement que le gouvernement annonce tout autre chose dans les prochaines semaines. De la même façon que précédemment en 2014 et 2015, Bercy aurait plusieurs pistes à l’étude dont celle d’une réduction de la CSG pesant sur les retraités et celle d’une hausse de la prime d’activité.

Un coup de pouce qui permettrait d’alléger la fiscalité de certains mais qui, pour autant, ne suivrait pas les déclarations du chef de l’État selon lesquelles les classes moyennes seraient les premières concernées.

Relever le plafond de prélèvement de la CSG pour les retraités

La CSG (Contribution Sociale Généralisée) impacte actuellement les retraités à hauteur de 6.6%, mais à partir d’un certain seuil de revenus annuels ceux-ci peuvent bénéficier d’une diminution à 3.8% voir même d’une exonération.

Relever les plafonds reviendrait donc à abaisser la pression fiscale exercée par la CSG sur les retraités mais ne concernerait pas le reste des foyers fiscaux français.

Augmenter la prime d’activité

Il s’agirait là encore de favoriser une partie de la population mais toujours pas la classe moyenne. En effet, il se pourrait que la prime d’activité soit revalorisée et plus particulièrement en ce qui concerne les travailleurs isolés plus exposés à la précarité.

Enfin, l’action pourrait effectivement être dirigée sur l’impôt sur le revenu mais sans doute pas en créant de nouveaux exonérés ; en effet en 2015, 54,4% des foyers fiscaux étaient non-imposables. Les mesures du gouvernement si elles devaient aller dans ce sens, porteraient donc vraisemblablement l’effort sur les revenus supérieurs.

Le pari de toucher à la fiscalité en vue de l’élection présidentielle de 2017 sera donc difficile à tenir puisqu’on imagine bien que l’une ou l’autre des deux premières propositions pourrait être jugée insuffisante, tandis que la troisième pourrait se révéler insatisfaisante.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !