Vaccins, allocation enfant : Ce qui change pour les Français en 2018

Le budget de la Sécurité Sociale pour 2018 prévoit de nombreuses réformes en vue d’une économie de plusieurs milliards d’euros. Il en va de même dans de nombreux domaines. Entre nouveaux vaccins obligatoires, augmentation du prix du paquet de cigarettes et baisse des allocations à l’enfance, voici toutes les mesures par lesquelles une majorité de Français devraient être concernés en 2018.

vaccins, prestations sociales, nouveau budget securite sociale

Ces mesures pour 2018 qui concernent tous les Français

Pour 2018 le gouvernement a pris de nombreuses dispositions tant sur le plan fiscal que sur le plan de la santé. Ainsi, la quasi totalité des Français devrait être concerné par l’application d’une ou plusieurs d’entre elles dans les tous prochains mois.

1. Hausse du prix du paquet de cigarettes

Avec pas moins de six augmentations prévues, le paquet de cigarette atteindra le prix moyen de 10€ en 2020 selon le souhait de la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Et pour les fumeurs la hausse débute dès 2017 avec +0,35€ en novembre.

2. Baisse de l’allocation principale de la Paje

À compter du 1er avril 2018, l’allocation de base qui constitue la Prestation d’accueil au jeune enfant (Paje) sera revue à la baisse afin d’être alignée avec le Complément familial. Elle passera ainsi pour les nouveaux bénéficiaires de 184€ à 169€ chaque mois.

De la même façon les plafonds d’attribution seront abaissés et concerneront également la prime à la naissance, provoquant ainsi la sortie du dispositif pour des milliers de foyers, mais également 500 millions d’euros d’économies sur trois ans pour l’État.

3. Augmentation de l’allocation de garde d’enfant

L’allocation de garde d’enfant augmentera en 2018 de 30% pour les familles monoparentales ce qui représente un gain moyen de 138€ par mois afin de s’acquitter des factures de crèche ou de mise en nourrice des plus petits. Actuellement son montant maximum est de 462€ mensuels.

4. Revalorisation des minimas sociaux

Le montant minimum des retraites sera revalorisé de 30€ au 1er avril 2018 pour atteindre 833€ avant d’être porté à 900€ au 1er janvier 2020. De la même façon l’allocation adulte handicapée bénéficiera d’une augmentation de 50€ au 1er novembre 2018 pour passer à 860€ par mois.

5. Baisse des cotisations salariales et hausse de la CSG

Dans le secteur privé la baisse des cotisations sera financée par une hausse de la CSG d’1,7 point. Ceci représentera un gain moyen de 263€ par an pour un salarié rémunéré au Smic. Les indépendants dont les revenus annuels se situent en dessous de 47 000€ seront également gagnants tandis que les retraités dont le revenu mensuel est supérieur à 1 394€ pour une personne seule, perdront en pouvoir d’achat.

6. Fin du RSI

À compter du 1er janvier 2018 le régime social des indépendants disparaît pour laisser place sous deux ans à une prise en charge par le régime général. Pour ces non salariés il s’agit surtout de bénéficier d’une meilleure gestion puisque leurs cotisations resteront inchangées.

Dans le même ordre d’idée les plafonds de revenus des micro-entrepreneurs seront doublées pour atteindre respectivement 170 000 et 70 000€ par an. Enfin une exonération totale de charge sera attribuée tout au long de la première année, pour les nouveaux créateurs d’entreprise.

7. Évolution du CICE

Le CICE le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, va progressivement être remplacé là encore par une exonération de charges pour les patrons. Celle-ci sera de 6 points pour les salaires inférieurs à 3 700€ brut par mois, ajoutée de 4 points sur le Smic afin de faire disparaître les charges concernant le salaire minimum.

8. Onze vaccins obligatoires

À compter du 1er janvier 2018, 11 vaccins au total seront obligatoires pour les plus jeunes. Coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, Haemophilus influenzae de type B, méningocoque C, pneumocoque et hépatite B viendront ainsi s’ajouter au DT Polio actuel.

Si les parents ne tomberont pas sous le coup d’une sanction pénale en cas de refus de vaccination pour leurs enfants, les onze seront toutefois obligatoires pour être inscrit à l’école ou en collectivité.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !