Circulation automobile : Les voitures repoussées des centres-villes

Impossible à ne pas remarquer, la « piétonnisation » des centres-villes progresse partout en France. Des pistes cyclables au développement des modes alternatifs de transport en commun en passant par l’instauration des vignettes Crit’air à Paris et ailleurs, la voiture est repoussée toujours plus loin en périphérie des agglomérations de même que les automobilistes qui ne souhaitent pas s’en priver.

villes anti voiture

Les voitures, nouvelles indésirables des agglomérations

C’est indéniable, ces deux dernières décennies ont vu une transformation radicale de nos centres-villes. De plus en plus les pistes cyclables s’étendent bordées d’herbe et d’arbres divers, tandis que les automobilistes se voient redirigés vers les transports en commun et les parkings en périphérie.

Il s’agit d’une réelle volonté des maires de plusieurs grandes agglomérations en France, qui commence à faire des émules. S’agissant de Strasbourg, Paris, Nancy, Lyon, Grenoble, Bordeaux, La Rochelle, Nantes, Caen ou encore Rouen, la politique des municipalités est claire, désengorger les villes de leurs automobiles.

Pour cela, tous les moyens sont bons et spécialement ceux qui permettent également de réduire le bruit et la pollution. Ainsi, toujours plus de pistes cyclables sont installées comme à Strasbourg, ville qui en possède pas moins de 560 km, un record pour le pays.

À Paris également la fermeture des voies sur berges, l’organisation de la journée sans voiture ou encore les 30 000 places de stationnement retirées ces quinze dernières années sont également symptomatiques d’une volonté qui a par exemple permis à Bordeaux de voir son taux de circulation reculer de 18% au total.

À n’en pas douter, l’instauration de la vignette Crit’Air qui permet notamment d’interdire la circulation des véhicules les plus polluants tout ou partie de l’année et lorsque les niveaux de pollution de l’air l’exigent, va dans le même sens en obligeant les automobilistes à utiliser un autre moyen de transport ou à pratiquer le covoiturage.

Il n’est d’ailleurs pas impossible que d’autres initiatives du même genre voient le jour dans les prochaines années à l’image du développement d’un réseau de taxis sur les eaux de la Seine ou du renouvellement des installations de trams ou de métro des centres-villes.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !