Chèque bancaire en France : Quel est son avenir ?

Alors que les Français sont les champions européens toutes catégories de l’utilisation du chèque, les pouvoirs publics quant à eux n’en sont pas à leur coup d’essai afin d’essayer de le mettre sur la touche. Entre coût exorbitant pour les banques et réel emploi des particuliers comme des entreprises, quel avenir pourrait bien s’offrir à ce moyen de paiement historique que représente le chèque ?

quel avenir pour le cheque en france

En 2013, 71% des chèques européens ont été émis en France

Bien qu’il souffre de l’image d’un moyen de paiement peu fiable et obsolète, le chèque est actuellement le quatrième moyen de paiement en Europe et reste une particularité du commerce français avec 71% des chèques réalisés en 2013 émis en France. Un Français utilise en moyenne 37 chèques par an, contre seulement 11 pour un Anglais et 0,38 pour un Allemand.

Toutefois si les particuliers semblent de plus en plus enclins à l’utilisation de moyens de paiement plus récents comme la carte bancaire pour laquelle il est tout de même utile d’apprendre à se protéger des arnaques, les entreprises françaises elles, restent des inconditionnelles du chèque pour sa gratuité et la relative souplesse qu’il offre.

Le chèque gratuit pour les particuliers mais pas pour les banques

Selon un rapport commandé par le ministère des finances en 2012, la mise à disposition gratuite des chéquiers pour les clients coûterait aux banques environ 2.5 milliards d’euros par an face à l’apport de 2.6 milliards en moyenne généré par les cartes bancaires.

C’est d’ailleurs cette même question de coût mais concernant ici les terminaux de paiements et les cartes bancaires, qui freinerait leur développement.

Une volonté de disparition de la part des pouvoirs publics

Malgré tout, le chèque semble voué à une disparition prochaine, il suffit pour cela de prendre connaissance des dernières décisions prises en ce sens par les pouvoir publics qui, très récemment encore choisissaient d’abaisser sa durée de validité à six mois avant que les députés ne la repassent à une année.

Avant cela diverses mesures ont été mises en place réduisant peu à peu le champs d’utilisation du chèque à l’image de l’obligation de paiement par virement dès 3 000€ chez le notaire, du plafonnement à 300€ du paiement par chèque des créances publiques ou encore de la généralisation progressive du paiement en ligne concernant les différents services de l’état.

Pour autant, le chèque résiste toujours, et vous l’utilisez-vous souvent ?

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. angefabie 2 novembre 2016 - 16 h 01 min

    Mon père n’utilise que ça, il ne veut pas de carte bancaire, résultat quand il prend des assurances par internent je suis obligée d’avancer l’argent.

  2. echatons 2 novembre 2016 - 16 h 05 min

    Perso, non ma mère ne pourrait pas sans passer.