Carte bancaire muette : Pourquoi ne faut-il pas la frotter ?

C’est une situation qui se produit régulièrement. Au moment de payer vos achats, le lecteur de carte bancaire indique la mention « carte muette » et rien ne se passe. Nous sommes alors nombreux à frotter notre carte bleue sur une jambe de pantalon ou un bras de chemise. Mais en réalité plutôt que de débloquer la situation, cette action pourrait tout simplement dégrader l’état de la puce de paiement.

pourquoi ne faut il pas frotter sa carte bancaire

Et si frotter sa carte bancaire pouvait l’endommager ?

Il est vrai que la situation est rageante, tant est si bien qu’en cas de carte muette il est souvent possible de voir le commerçant lui-même frotter votre carte bancaire contre ses vêtements. Pourtant, cette façon de faire, si elle est très courante n’est absolument pas utile et pourrait même à la longue abîmer la puce de votre CB.

Si effectivement une couche de gras, de la poussière ou encore une saleté peut empêcher le bon contact de la puce et du lecteur, un simple geste du pouce devrait suffire à lui rendre sa propreté sans qu’il soit nécessaire de lustrer l’objet comme on le ferait d’une pièce d’argenterie.

Difficile en effet d’imaginer que le geste puisse ne pas avoir de fâcheuses conséquences sur un dispositif aussi délicat et précis que la puce électronique.

Celle-ci nous permet en effet d’effectuer des paiements de façon sécurisée et ce, où que nous soyons à travers le monde. En fait, frotter votre carte bancaire qui est pour l’essentiel composée de plastique, pourrait créer un champ électrique comparable à de l’électricité statique qui ne ferait que compliquer les choses sans permettre à aucun moment un meilleur passage de la communication.

Celui-ci pourrait même endommager définitivement votre carte en provoquant de toutes petites décharges dans la puce.

Selon un récent sondage, 76% des Français préféreraient utiliser leur carte bancaire pour réaliser des achats contre seulement 18% pour l’espèce et 6% pour le chèque dont on rappelle qu’en 2013 plus de 70% des exemplaires émis en Europe l’étaient en France. On comprend ainsi aisément que la CB soit très sollicitée.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !