Le carnet de correspondance numérique en passe d’être instauré

Le gouvernement vient d’autoriser la création d’un téléservice permettant aux parents d’élève de suivre en ligne toute l’actualité de la vie scolaire de leurs enfants.

Une mauvaise nouvelle pour les collégiens et lycéens factieux, car leurs absences, leurs retards, leurs punitions et sanctions pourraient dorénavant être consultés par leurs représentants légaux sur internet.

Mais avant d’être instauré nationalement à partir de la rentrée 2016 2017, le carnet de correspondance numérique sera mis à l’essai dans les établissements scolaires volontaires de cinq académies.

carnet de correspondance numérique

Le carnet de correspondance dématérialisé en test dans cinq académies

 

Comme bien souvent lorsqu’un projet de loi innovant est à l’étude, il est tout d’abord appliqué localement avant d’être généralisé si les observations sont convaincantes. Cela sera donc le cas du carnet de correspondance dématérialisé qui va être mis à l’épreuve dans cinq académies en France.

Pour résumer, chaque élève pourrait disposer de son propre fichier de renseignements. Toutes les informations relatives à l’absentéisme, aux retards, aux avertissements, aux retenues et autres exclusions de cours seraient donc répertoriées dans ce carnet de correspondance consultable à distance et à tout moment par les parents.

Le but de cette innovation est bien évidemment de renforcer la communication entre l’école et les professeurs d’une part, et les parents d’élèves d’autre part. L’élève ne jouera donc plus le rôle de l’intermédiaire qui parfois ne tient pas forcément à transmettre les messages de l’institution.

Quoi qu’il arrive, que ce projet soit instauré ou non, il est important de préciser que ce dispositif ne devra pas être obligatoirement établi dans tous les collèges et lycées. En effet, chaque établissement scolaire pourra décider de l’instituer ou non. Et même si l’école où sont scolarisés leurs enfants met en place ce système, les parents auront le choix de s’en servir ou de ne pas l’utiliser.

En outre, la CNIL a informé le ministère de l’Education nationale qu’il serait nécessaire de déployer de très bons moyens de protection des informations contenues dans ce type de fichiers en ligne. En effet, il sera nécessaire et indispensable que la vie privée des élèves puisse rester dans l’intimité du cercle familial et de l’école.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !