Logement : De nouvelles normes et des aides pour les habitations chauffées au gaz

Alors que chaque hiver voit son lot d’accidents domestiques dus au gaz se produire, le ministère de l’environnement publie la signature d’une charte en accord avec GRDF et l’Anah afin de prendre en charge par le biais de nouvelles normes mais aussi d’aides financières, le diagnostic ainsi que la rénovation des équipements de chauffage au gaz pour les foyers les plus modestes.

plus de securite pour les logements utilisant une chaudiere a gaz

Une convention pour la sécurisation des logements chauffés au gaz

C’est la ministre du logement elle-même qui l’a annoncé cette semaine, une convention pour la sécurisation des logements chauffés au gaz vient d’être signée entre le ministère, GRDF et l’Agence nationale de l’habitat (Anah). En vigueur jusqu’au 31 Décembre 2019, cet accord « vise à améliorer l’entretien des installations intérieures de gaz naturel et réduire les risques d’accidents dans les logements de propriétaires aux revenus modestes ».

Ainsi plusieurs étapes sont prévues avec à terme une participation à la rénovation de 100 000 logements à atteindre dans le cadre du projet « Habiter mieux » de l’Anah.

Toutefois dans un premier temps le gestionnaire du réseau de gaz français s’engage à établir gratuitement le diagnostic des installations de 5 000 logements sur les deux années à venir.

Pour les cuisinières à gaz, un tuyau de raccordement à durée de vie illimitée sera fourni sans frais, tandis que le remplacement du robinet de commande pourra être pris en charge dans la limite de 150€ par habitation.

De plus GRDF pourra verser la somme de 100€ à utiliser pour l’achat d’un appareil de cuisson avec sécurité de flamme.

90% des accidents liés au gaz se produisent à l’intérieur

GRDF qui achemine le gaz pour plus de 11 millions de clients en France et pour le compte de 30 opérateurs différents indique que l’immense majorité des accidents mettant le gaz en cause comme les intoxications au monoxyde de carbone surviennent à l’intérieur des logements. Aussi, l’entreprise souligne l’accroissement du risque dès lors que l’installation est vétuste ou mal entretenue comme cela peut plus souvent être le cas au sein de foyers aux revenus modestes.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !