Accès au chômage après démission : les modalités dévoilées

Au 1er novembre 209, entrée en vigueur d’une promesse d’Emmanuel Macron : la possibilité de toucher le chômage après avoir démissionné. Voici les modalités de l’arrêté ministériel du Travail qui détaille les conditions d’éligibilité à remplir pour bénéficier des indemnités et qui sera très prochainement publié au Journal Officiel.

Clarification des modalités des indemnités chômage après démission

Les conditions d’éligibilité pour toucher le chômage après une démission

La promesse d’Emmanuel Macron était de pouvoir toucher le chômage après avoir démissionné : au 1er novembre 2019, cette promesse deviendra réalité, mais sous certaines conditions impératives. En effet, tous les démissionnaires ne pourront pas avoir accès à leurs indemnités !

Les conditions d’éligibilité, mentionnées dans le futur décret, sont :

  • Avoir travaillé en continu pendant les 5 ans précédant la démission
  • Avoir obligatoirement un projet de reconversion, avec une formation ou création/reprise d’entreprise

Or, la validation de ce projet de reconversion ne se fera pas sans avoir suivi un processus précis :

  • Sollicitation obligatoire d’un opérateur de conseil professionnel
  • Passage devant une « commission Transitions pro »

Pour ces rendez-vous, le démissionnaire devra indiquer la formation envisagée (ses perspectives, l’organisme, le financement, sa motivation…) ou en cas de création ou reprise d’entreprise, délivrer une analyse du marché et détailler les besoins de financement.

Une fois accepté, le démissionnaire devra se présenter à Pôle Emploi dans les 6 mois pour toucher ses indemnités. A noter qu’en cas de refus, il pourra présenter un recours dans les 2 mois.

Source : Capital.fr

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !