APL : des changements et des mauvaises nouvelles à venir !

Avec la rentrée scolaire, de nombreux étudiants font des démarches pour obtenir la précieuse aide au logement. Ouverte sous conditions aux personnes logeant dans une habitation conventionnée, elle permet de gagner un peu de pouvoir d’achat, en venant baisser le prix du loyer. A noter qu’il existe des simulateurs sur le site de la Caisse d’Allocations Familiales pour savoir si vous êtes éligibles ! Si c’est le cas, c’est une bonne nouvelle aujourd’hui, et maintenant, mais l’APL risque d’être diminuée au début de l’année 2020.

Le nouveau mode de calcul des APL pour début 2020

Le Canard Enchaîné avait laissé entendre que le nouveau mode de calcul des APL entrerait en vigueur dès le 5 septembre 2019 : heureusement, Bercy l’a repoussé de quelques mois pour ne l’introduire qu’au début de l’année 2020.

Et plus précisément, selon les vœux du premier ministre Edouard Philippe « pour le versement des allocations fin janvier ou début février 2020, au moment où les aides au logement sont actualisées »

Aujourd’hui, les APL se calculent en fonction des revenus d’il y a 2 ans, avec la réforme, ils seront calculés sur ceux de l’année en cours, avec une actualisation tous les trimestres.

Une perte moyenne de 1 000 € par an

Avec cette réforme, Bercy devrait permettre de conserver « entre 900 millions et un peu plus d’un milliard d’euros » dans les caisses de l’Etat.

Sur les quelque 3 millions de bénéficiaires, plus d’un million d’entre eux devrait voir leur APL diminuer, d’environ 80 € par mois, soit près de 1 000 € par an.

Pour le ministre du logement, Julien Denormandie, une mesure « juste, équitable et logique ».

Un plafonnement de la revalorisation

D’habitude, les APL sont revalorisés tous les 1er octobre en fonction de l’indice de référence des loyers (IRL). Cette année, le gouvernement a plafonné cette revalorisation à 0,3 %, en application de la loi de finances 2018.

+0,3 % alors que la hausse de l’IRL a été de 1,53 % au deuxième semestre 2019. De fait, les étudiants devraient subir une nouvelle perte de quelques euros mensuels. En 2017, ils avaient déjà connu la baisse de 5 € et la hausse des loyers.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !