Plan d’urgence : jusqu’à 1 500 € de prime pour les soignants et 150 € pour les familles modestes

L’État avait promis de mettre en place des mesures économiques pour aider toutes les personnes touchées par la crise sanitaire liée au Covid-19, et cela commence à se préciser. Le premier ministre Édouard Philippe vient de communiquer la nature des dispositifs intégrés au projet de loi de finances rectificative et les autres membres du Gouvernement ont précisé leurs modalités par la suite. Les soignants se verront verser une prime jusqu’à 1 500 € et les particuliers les plus démunis toucheront une aide exceptionnelle de 150 € : explications.

Des primes pour les soignants et des aides pour les familles modestes

Les aides financières annoncées par le Gouvernement face à la crise sanitaire

Au total, ce plan d’urgence mis en place par l’État correspond à une enveloppe de 110 milliards d’euros, selon le journal Le Figaro. Si le chômage partiel, qui coûte 24 milliards, fait partie des postes de dépenses majeurs, d’autres aides vont servir à aider toutes les personnes impactées par la crise.

500 à 1 500 € de prime pour le personnel soignant

Parmi les annonces les plus attendues du Gouvernement, on trouve naturellement celle d’une prime pour les soignants, en première ligne pour lutter contre le Covid-19. Ainsi, dans les 30 départements les plus touchés par le virus, tous les soignants obtiendront une prime défiscalisée et dénuée de charges sociales à hauteur de 1 500 €. Elle sera versée en mai et elle s’accompagnera d’une majoration de 50 % des heures supplémentaires, sans fiscalité.

Dans les zones moins impactées par l’épidémie, tous les soignants auront quant à eux une prime de 500 € en mai, et aussi une majoration des heures supplémentaires de 50 %.

150 € pour les familles modestes

Dans un principe assez proche de celui de la prime de Noël, le Gouvernement annonce également offrir une aide exceptionnelle à 4 millions de familles. Les allocataires qui touchent le RSA ou l’ASS (allocation de solidarité spécifique) bénéficieront d’un versement de 150 € et 100 € de plus par enfant à charge. En ce qui concerne les familles qui ne bénéficient ni du RSA ni de l’ASS, mais qui touchent des aides au logement, ils percevront 100 € par enfant.

Selon les informations communiquées par Édouard Philippe, ces différentes aides devraient porter le déficit public à 9 % du PIB et la dette publique à 115 % du PIB pour 2020.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. nu72 16 avril 2020 - 23 h 24 min

    Vive le rsa