Péages trop chers : vers une réduction des tarifs ?

En charge d’empêcher les pratiques anticoncurrentielles de prospérer mais aussi d’analyser le fonctionnement des marchés, l’Autorité de la concurrence vient de mettre en exergue les coûts des péages, qu’elle juge trop élevés.

Dans son dernier rapport, l’autorité administrative indépendante française a précisé que la rente des sociétés autoroutières est actuellement comprise entre 20 et 24%. Ce pourcentage de rentabilité s’avère bien trop haut compte tenu des frais d’entretien et des risques encourus qui ne justifient pas de telles recettes.

prix du peage trop cher

Vers une baisse des tarifs des péages ?

Un État absent dans la régulation des tarifs autoroutiers ?

 

Cette étude menée a mis en avant « l’absentéisme » de l’État dans la régulation des tarifs autoroutiers. Alors que l’État français reprendra l’exploitation des autoroutes qu’à partir de 2027, et ce, jusqu’à 2033, plusieurs solutions intermédiaires pourraient être envisagés pour favoriser la baisse des prix des péages.

L’Autorité de la concurrence s’est donc immiscée au cœur de cette problématique qui touche à vrai dire surtout les usagers de la route, car ce sont eux qui paient.

Parmi les 13 propositions faites par l’administration, la plus importante concernerait la refonte du système d’indexation des tarifs. Cette dernière devrait être ajustée au niveau de l’inflation. Autrement dit, la baisse du pouvoir d’achat de la monnaie devrait être accordée avec les prix proposés par les sociétés autoroutières.

Une autre mesure entendrait favoriser la baisse des prix en fonction de la fréquentation constatée sur les autoroutes. Plus le trafic sera important, plus les tarifs devraient baisser.

Toutes ces propositions ne sont pourtant qu’à l’état de prémices et ne devraient pas être appliquées tant que les recours législatifs nécessaires ne sont pas pris en main par l’autorité étatique.

Une chose semble pourtant probable. Si la réduction des prix de péages interviendra un jour ou l’autre, il se pourrait qu’elle ne devienne effective qu’au moment où l’État récupéra les concessions autoroutières, à savoir à partir de 2027 ?

Affaire à suivre !

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !