Contrôle technique : Plus cher et plus sévère pour les automobilistes en 2018

En 2016 déjà, de nouvelles normes faisaient grimper le coût du contrôle technique de plusieurs euros pour atteindre une facture proche des 70€. Suite à l’application d’une directive européenne votée en 2014, cet examen obligatoire pour votre automobile va encore se densifier à partir de mai 2018 avec l’ajout de nouveaux points critiques et en toute logique une augmentation de son coût pour tous les automobilistes. 

controle technique

Le contrôle technique plus coûteux et plus compliqué en mai

Selon la directive du 3 avril 2014, le contrôle technique des véhicules sera beaucoup exigent à compter du 20 mai 2018.

À cette date ce seront finalement 146 points de contrôle critiques qui pourront exiger une réparation dans les 24H avec l’apposition d’une vignette interdisant la circulation en attendant.

L’automobiliste qui n’aura, dans la majorité des cas, pas pu trouver de professionnel disponible si rapidement et qui prendra le volant, s’exposera à une contravention d’un montant de 135€ ramené à 90€ en cas de paiement immédiat. Autant dire que les Français avec le sentiment d’être floués risquent d’être nombreux.

Pour en revenir au contrôle technique à effectuer tous les deux ans, il contiendra désormais 696 points de contrôle dont 135 défaillances mineures, 415 défaillances majeures et 146 défaillances critiques susceptibles d’immobilisation donc, parmi lesquelles une corrosion excessive, une fuite ou l’absence de liquide de frein, une détérioration du vitrage, l’absence de rétroviseurs …

Les défaillances majeures quant à elles bénéficieront toujours du délai actuel de deux mois pour passer la contre-visite.

De la même façon, les professionnels devront être plus qualifiés et justifier d’un diplôme de niveau 4 comme le bac Professionnel. Il faudra donc qu’ils soient rémunérés en conséquence. Ainsi le prix du contrôle technique pourrait bondir d’environ 20%.

Pour la majorité des véhicules, le contrôle devient annuel

La fréquence de passage du contrôle technique va elle aussi s’accentuer. Après un premier contrôle aux quatre ans du véhicule, puis un second deux ans après, le « CT » deviendra obligatoire tous les ans pour les véhicules de plus de 6 ans.

Selon la Commission européenne, à cet age le nombre de « défaillances techniques augmente considérablement ».

Fin de la gratuité de la contre-visite

Étant plus exigent, le contrôle technique sera forcement plus long et la contre-visite plus fréquente. Selon Éric Sarfati président de SGS France (centres Sécuritest et Auto Sécurité) de 18%, le taux de contre-visites devrait passer à 50% environ dès l’année prochaine.

De même, la contre-visite ne pourra plus bénéficier de l’occasionnel geste commercial pratiqué par de nombreux centres auto. Concernant le groupe SGS, son prix pourrait passer de 0 à 20€ environ.

Seule bonne nouvelle liée à cette directive en dehors du fait de rendre plus sûrs les véhicules en circulation, le probable besoin de nouveaux contrôleurs dans les centres auto un peu partout France.

Payer votre contrôle moins cher

Heureusement, il est encore possible de payer son contrôle technique moins cher. Anticipez la date du 20 mai si vous le pouvez ou renseignez-vous avant de choisir à qui vous adresser.

Premièrement, la facture peut doubler et même plus selon votre zone d’habitation. Le prix du contrôle technique passe ainsi actuellement de 40€ pour les centres les moins chers, à plus de 90€.

Pour les trouver facilement, notez qu’il existe des comparateurs en ligne comme ct-malin.com, cteasy.com ou simplauto.com qui pourront, avec un peu de patience et d’organisation, vous proposer un contrôle technique à moins de 10€ et même au prix imbattable de 1€ seulement.

La question est de savoir si de telles offres seront maintenues à compter du printemps 2018.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. abhi 1 août 2017 - 8 h 43 min

    Direction paradis fiscal avant la fin 2017

  2. jolapub 1 août 2017 - 16 h 42 min

    Les contrôles techniques sont moins chers dans les paradis fiscaux ?

  3. angefabie80 23 octobre 2017 - 18 h 19 min

    faut toujours taxer les automobilistes