Chômage des seniors : De nouvelles règles d’indemnisation à compter d’octobre 2017

De nouvelles réglementations s’appliquent depuis le 1er octobre concernant les droits au chômage des seniors. Il leur faudra par exemple désormais attendre 55 ans pour bénéficier de la durée maximale d’allocation, à savoir trois ans, contre 50 ans avant cela. Toutefois cette disposition comporte un aspect évolutif puisque la durée est portée à deux ans et demi entre 53 et 54 ans avec un droit à la formation de 500 heures ouvert dès l’age de 50 ans.

nouvelle regles chomage seniors

De nouvelles règles pour les demandeurs d’emploi de 50 ans et plus

Alors qu’il n’est déjà pas facile d’être confronté à une période de chômage qui plus est lorsque l’on a passé 50 ans, le gouvernement vient de revoir les modalités d’indemnisation des seniors afin de les axer d’avantage vers la formation.

Le point le plus important est sans doute celui de l’age. Alors qu’il fallait auparavant avoir 50 ans pour bénéficier de trois ans l’allocation contre deux ans maximum avant ça, il est désormais nécessaire d’attendre 55 ans.

Il faut toutefois noter que les demandeurs d’emploi inscrits entre 53 et 54 ans bénéficient de 30 mois, soit deux ans et demi d’allocation. Pour pouvoir prétendre aux six mois supplémentaires, ils doivent s’inscrire à une formation agréée Pôle Emploi.

En effet dès 50 ans, toute personne inscrite à Pole Emploi bénéficie désormais d’un compte de 500 heures de formation destiné à favoriser sa reconversion.

Enfin, mais ce n’est pas nouveau puisque l’abrogation date de 2012, tous les chômeurs quel que soit leur age sont aujourd’hui dans l’obligation de prouver l’effectivité de leurs recherches auprès leur conseiller. La disposition qui les exonérait de cette tache à partir de 57 ans ayant disparu.

À noter également pour les demandeurs d’emploi qui attendraient l’age de 62 ans sans avoir retrouvé de poste et qui n’auraient pas assez d’années de cotisation pour percevoir leur retraite à taux plein, l’indemnisation continue au delà des trois ans maximums. Ceci afin de leur permettre de cumuler le nombre de trimestres suffisants.

Actuellement en France, on compte près d’un million et demi de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans. Un chiffre en augmentation de 3%.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !