Smic : Sans coup de pouce il devrait augmenter de 1,24% au 1er janvier 2018

Chaque année dans le courant du mois de décembre, le gouvernement fait part de son estimation quant à la revalorisation du smic pour le 1er janvier suivant. Concernant 2018, celle-ci devrait être confirmée autour de 1.24% par le ministère du Travail. Ainsi, si aucun coup de pouce n’y est ajouté, les millions de salariés français intéressés, bénéficieront d’une augmentation de 12 centimes bruts par heure travaillée.

hausse smic

0,12€ de plus pour le salaire minimum en 2018

L’annonce officielle devrait être formulée d’ici à la fin de la semaine prochaine par le gouvernement. Ainsi en suivant la méthode de calcul consacrée, la hausse devrait être de 1,24%.

Pour arriver à ce chiffre il convient de se référer d’un côté à l’indice des prix à la consommation hors tabac pour les 20 % de ménages aux revenus les plus faibles, et de l’autre à la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvriers et employés (SHBOE).

Cette année ces deux valeurs seraient approximativement de +1% pour le première selon l’Insee, et de +0,24% pour la seconde.

Si ces chiffres devaient être confirmés, l’augmentation serait donc de 12 centimes de l’heure, soit 18,20€ par mois à 1 498,47€ bruts.

Actuellement à 9,76€ bruts par heure et 1 480,27€ mensuels, il s’agirait pour le salaire minimum de la plus importante revalorisation depuis juillet 2012. À cette date la hausse mécanique avait été accompagnée d’un coup de pouce, le dernier en la matière.

Une réforme à venir

Dans leur rapport annuel, un groupement d’experts avait préconisé de ne pas ajouter de coup de pouce à la hausse mécanique du salaire minium. Recommandation suivie par le gouvernement.

Cependant, pour la première fois, la possibilité de toucher à la revalorisation automatique du smic a également été évoquée.

Si la ministre du Travail Muriel Pénicaud, a préféré ne pas en tenir compte pour 2018, elle a toutefois indiqué qu’elle prendrait « le temps de la concertation ». Il n’est donc pas exclu qu’une prochaine réforme en profondeur viennent bousculer les acquis des Français rémunérés au salaire minimum de croissance.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !