Pass Navigo : vers une nouvelle hausse des tarifs ?

En ce 7 septembre 2017, Valérie Pécresse, Présidente de la région Ile de France, a annoncé vouloir moderniser les transports franciliens. Toutefois, ce projet a un coût très important et trouver l’argent pour le mener à bout ne sera pas chose aisée. Aussi, comme ce fut souvent le cas par le passé, les usagers des transports en commun franciliens peuvent craindre d’être mis à contribution avec une énième hausse du prix du Pass Navigo.

Le prix du Pass Navigo encore revu à la hausse ?

Transports en commun franciliens : une augmentation des tarifs redoutée par les usagers

Alors qu’elle avait promis lors de sa campagne pour l’élection régionale en Ile de France de ne pas « toucher au pouvoir d’achat des Franciliens via la hausse des transports », Valérie Pécresse, Présidente de la Région depuis la fin 2015, devrait se résoudre à renoncer à cet engagement.

En effet, l’élue Les Républicains entend bien profiter de son mandat pour améliorer les transports. Entre autres, il s’agirait de renouveler des rames, de prolonger certaines lignes et de mettre en œuvre des plans anti-bouchons.

Aussi, le budget annuel de 10 milliards d’euros alloué aux transports en Ile-de-France ne suffirait pas. Selon des premières estimations, il manquerait environ 300 millions d’euros par an pour conduire ce projet dans de bonnes conditions. Reste qu’il est difficile de trouver un tel budget puisqu’il correspond à une hausse des recettes d’v Mobilités de 3 % par an en moyenne pendant les 4 prochaines années.

Aussi, difficile d’imaginer que de telles recettes supplémentaires soient envisageables sans une nouvelle hausse du Pass Navigo alors même que ce dernier a déjà vu son tarif mensuel passer de 70 à 75,20 € en 2 ans.

Si Valérie Pécresse n’a pas réfuté l’idée d’augmenter le prix du Pass Navigo, elle a toutefois tenu à préciser que la hausse pourra être modérée puisque seulement 30 % du budget d’Ile-de-France Mobilités provient du Pass Navigo.

Autrement dit, des hausses du « versement transport » payé par les entreprises ou des contributions des collectivités locales sont d’autres pistes à explorer… tout comme un plus important soutien de l’État.

La poursuite de la lutte contre la fraude dans les transports en commun pourrait quant à elle permettre à Ile-de-France Mobilités de continuer à faire des économies puisqu’elle aurait dégagé 30 millions d’euros en 2017, soit l’équivalent d’une hausse de 1 € du Pass Navigo.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !