Heures supplémentaires : La défiscalisation entrera à nouveau en vigueur en 2020

Lors de sa mise en place, la défiscalisation des heures supplémentaires avait rencontré l’assentiment de nombreux patrons de TPE et de PME, mais aussi d’une majorité de salariés. Supprimée par François Hollande durant son quinquennat à la tête du pays, la mesure est en passe de faire sa réapparition. Dès 2020 , les Français vont à nouveau pouvoir bénéficier de ce coût de pouce pour le pouvoir d’achat, a assuré le porte-parole de l’Élysée Benjamin Griveaux.

heures supplementaires

De la suppression des cotisations sur les heures supplémentaires à la « désocialisation »

Mesure populaire mise en place par le président Nicolas Sarkozy puis supprimée par François Hollande, la défiscalisation des heures supplémentaire fera son retour en France en 2020. Selon les déclarations de Benjamin Griveaux interrogé sur Europe 1 ce week-end, « Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était engagé à dire qu’il fallait supprimer les cotisations sur les heures supplémentaires. Ce sera fait à l’horizon 2020 ».

Voilà donc une bonne nouvelle pour les patrons comme pour les employés. S’il a également tenu à rappeler que certaines contraintes budgétaires obligeaient à repousser cette réforme à 2020, le porte-parole du gouvernement a cependant ajouté qu’il fallait que « le travail paie mieux ».

Au début du mois de février le premier ministre avait déjà évoqué la mise en place prochaine d’une « désocialisation des heures supplémentaires« . La démarche devait consister en une suppression des cotisations autant pour l’employeur que pour le salarié, « pas pour le prochain budget (d’État), mais pour le suivant ». C’est par conséquent une double confirmation que nous offrent les membres du gouvernement.

Une augmentation du pouvoir d’achat

La désocialisation des heures supplémentaires par Emmanuel Macron devrait permettre aux Français qui en bénéficieront, d’augmenter leur pouvoir d’achat. De même, l’incitation aux heures supplémentaires pourra rendre les entreprises plus productives, et donc plus compétitives.

Enfin, Édouard Philippe n’a pas exclu une mise en œuvre plus rapide si les voyants économiques passaient au vert plus tôt que prévu.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !