Formation : Chaque salarié verra son compte personnel crédité de 500€

Cette semaine Muriel Pénicaud l’actuelle ministre du Travail, a dévoilé son plan d’action pour la formation professionnelle en France. Dorénavant, les salariés qui occupent un emploi à temps plein disposeront d’un crédit de 500€ annuels de formation pouvant aller jusqu’à 800€ pour les personnels les moins qualifiés. Une petite révolution quand on se souvient que pour le moment ce crédit s’exprime en nombre d’heures et non pas en terme d’argent.

500 euros compte formation

500€ par an pour se former

Très attendue, la réforme de la formation professionnelle pourrait finalement porter ses fruits. Alors qu’il s’agissait jusqu’ici de cumuler des heures utiles pour compléter ses connaissances professionnelles ou changer de métier, le compte personnel de formation (CPF) est en pleine évolution.

À l’avenir les salariés à temps plein n’accumuleront plus d’heures, mais des euros. Chaque année la somme de 500€ sera créditée à leur compte. Celle-ci pourra être conservée jusqu’à atteindre un total de 5 000€. L’utilisation de ce compte personnel devrait également devenir plus simple et concerner plus de personnes. À terme, une agence de la formation professionnelle devrait également voir le jour.

Les salariés moins formés ou moins diplômés et donc souvent moins bien payés, pourront prétendre à une somme supérieure laquelle pourra atteindre 800€ par an plafonnés à un cumul de 8 000€.

Cependant, les syndicats s’inquiètent d’une dégradation de la proposition. Aujourd’hui le CPF autorise l’ajout de 24 heures chaque année pouvant aller jusqu’à 150. Les partenaires sociaux étaient précédemment tombés d’accord sur un accroissement de ce temps à 35 heures par an pour un maximum de 400 heures cumulées. Or, 500 euros divisés par 35 heures ne donnent qu’un peu plus de 14€ de l’heure, ce qui semble bien peu au regard des coûts affichés par certains organismes.

L’Urssaf pour la collecte

Outre la création d’une agence de la formation professionnelle c’est l’Urssaf qui, en tant qu’administration d’État, sera prochainement chargée de la collecte automatique des cotisations.

Tandis qu’actuellement seuls trois salariés sur dix peuvent effectivement bénéficier de leur CPF, la ministre entend bien développer l’offre de formation : « plus notre système de formation professionnelle sera performant, plus il créera les conditions donnant à chacun la liberté individuelle de saisir toutes les opportunités ».

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !