Congés maternité et paternité : Le gouvernement repousse l’allongement

La proposition de loi faite par la députée PCF de Seine-Saint-Denis Marie-George Buffet consistait notamment en l’allongement de 16 à 18 semaines du congé maternité. Alors que la mesure semblait en bonne voie elle a finalement été retoquée en seconde lecture. La raison ? Il s’agirait d’un problème de financement. Rallonger le congé maternité de deux semaine coûterait aux environ 280 millions d’euros.

pas d'allongement des conges maternite et paternite

Le congé maternité restera de 16 semaines pour le moment

Alors qu’un certain nombre d’autres pays comme la Finlande, la Hongrie ou encore l’Irlande, proposent aux femmes enceintes des congés maternité d’une durée supérieure à 20 semaines, le gouvernement vient de retoquer la proposition de loi faite par Marie-George Buffet qui visait à porter porter celui dont bénéficient les femmes françaises de 16 à 18 semaines.

Alors que la loi déjà avait déjà en grande partie été modifiée, les débats ont provoqué de nombreuses réactions de part et d’autre tant et si bien que la députée à l’origine du texte s’est elle-même déclarée prête à ne pas voter son propre texte en l’état. De son côté l’opposition a pris pour argument les quelques 280 millions d’euros exigés pour cette évolution.

Toutefois, à l’issue du vote 9 voix étaient « pour » tandis que 9 autres étaient « contre ». Ainsi le député Michel Issindou (PS) a t-il proposé de voter la proposition de loi « qui prospèrera ou non en fonction de l’évolution de cette proposition au Sénat à la législature suivante parce qu’elle ne reviendra pas devant nous avant de nombreux mois, et devant d’autres vraisemblablement que nous mêmes ».

Il faut en effet noter que dès la fin du mois de Février le Parlement suspendra ses activités en raison de la prochaine élection présidentielle. Ainsi la question du rallongement de la durée du congé maternité se posera t-elle à nouveau, mais pas avant plusieurs mois et peut-être devant une nouvelle majorité.

Quant au congé paternité, la proposition de loi si elle devait un jour être validée le ferait passer de 11 à 14 jours bien que le texte avant ses retouches ait mentionné pas moins de quatre semaines.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !