Baisse des APL : Une diminution des loyers sociaux sera à envisager

Suscitant la surprise et même l’exaspération, le président Emmanuel Macron réclamait hier au nom de la « responsabilité collective », un effort de la part de tous les propriétaires de France. Face à l’initiative du gouvernement de diminuer les APL de 5€ dès l’automne, ils devraient réduire d’autant les loyers de leurs locataires. Et le ministre de la Cohésion des territoires de préciser que le parc social devrait peut-être lui aussi fournir son propre effort dans un futur proche.

baisse des apl

Les loyers du parc social devront aussi diminuer

Le gouvernement n’en finit pas de revenir et de renchérir autour de la polémique provoquée quelques semaines plus tôt par la baisse du montant des APL.

Si l’allocation sera bien diminuée de 5€ dès l’automne prochain, le président de la République et son ministre de la Cohésion des territoires estiment que les propriétaires comme les bailleurs sociaux, devraient également mettre la main à la poche.

Alors qu’Emmanuel Macron surprenait tout le monde en invoquant hier la « responsabilité collective » pour justifier sa demande aux propriétaires français de baisser leurs loyers de 5€ afin de permettre aux locataires d’absorber plus facilement la diminution de l’allocation logement, Jacques Mézard estimait quant à lui que les loyers du parc social devraient aussi reculer.

« La poursuite de la baisse des APL n’est envisagée que si nous parvenons à faire parallèlement baisser les loyers dans le parc social ».

Le sujet pourrait donc déjà être en discussion dans les ministères concernés.

Revoir les conditions d’attribution des APL ?

De la même façon, le ministre indique qu’il serait judicieux de revoir les modalités d’attribution de l’APL afin que celles-ci se basent sur les revenus de l’allocataire au moment de sa demande et non sur ce qu’il percevait deux ans auparavant.

Ceci pourrait être une bonne nouvelle pour les futurs bénéficiaires et pourrait également permettre au gouvernement d’économiser 100 millions d’euros chaque les mois.

Plus globalement concernant la politique immobilière envisagée, les fonctionnements du dispositif fiscal Pinel et du prêt à taux zéro (PTZ) devraient être revus et recentrés, la fiscalité des zones tendues repensée et les permis de construire dématérialisés.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !