Tarifs réglementés du gaz : 3,5% de baisse au 1er juillet

Une fois par an, la Commission de régulation de l’Energie étudie les prix du gaz en France et la façon dont ces derniers sont calculés. L’organisme, particulièrement attentif aux tarifs réglementés du gaz vient de proposer la révision des coûts d’approvisionnement appliqués à Engie. Mécaniquement, ce nouveau calcul devrait en partie permettre une baisse des prix pour le consommateur à hauteur de 3,5%.

baisse prix gaz

Plusieurs baisses de tarifs cumulées pour les tarifs réglementés du gaz

Selon la loi française, les coûts d’approvisionnement du gaz doivent être régulièrement répercutés sur la facture des consommateurs. Ainsi leurs hausses et leurs baisses successives peuvent la faire varier. Cette année, la Commission de Régulation des Énergie propose de revoir ce calcul ce qui constitue plutôt une bonne nouvelle pour les quelques 7 millions de clients assujettis aux tarifs réglementés.

Il s’agirait de mieux prendre en compte les prix de marché à hauteur de 80% contre 77% actuellement. Pour comprendre, il faut préciser que jusqu’à présent, la formule se basait sur les coûts d’approvisionnement à long terme et donc sur les prix du pétrole. Pourtant, depuis plusieurs années les prix du marché du gaz ont évolués à la baisse. C’est cette situation qui pousse la Commission à souhaiter revoir le mode de calcul des prix appliqués au clients.

La baisse qui en découle sera progressive et devrait compter pour 1% au 1er juillet prochain.

De plus, une seconde baisse cette fois de 1,1% est recommandée au titre des coûts hors approvisionnement. Celle-ci vient s’ajouter à la première. Enfin, toujours selon la Commission de Régulation, Engie serait légèrement excédentaire au titre de ses recettes pour l’année 2016. Aussi, l’organisme recommande une diminution supplémentaire correspondant à une actualisation.

L’effet cumulé du 1% lié aux coûts d’approvisionnement, ajouté au 1,1% des coûts hors approvisionnement plus ce réajustement, permettrait d’arriver à pas moins de 3,5% de baisse qui viendraient s’appliquer sur les factures des millions de foyers français concernés dès le mois de juillet.

Une bonne nouvelle pour le portefeuille puisqu’au moins une partie de cette évolution favorable des tarifs peut être considérée comme durable pour les mois à venir.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !