SMIC 2015 baisse des cotisations salariales : 500€ nets de + par an

Bonne nouvelle pour les 2 à 3 millions de salariés percevant le SMIC (Salaire minimum interprofessionnel de croissance).

En effet à compter du 1er janvier 2015, il devrait voire leur salaire mensuel augmenter d’une quarantaine d’euros par mois suite à la baisse des charges salariales et à la suppression des charges patronales prévues dans le cadre du pacte de responsabilité qui se veut être aussi un pacte de solidarité.

smic

SMIC 2015 : 500€ nets de + par an pour les salariés touchant le SMIC

 

Environ 500€ nets de + et par an pour les salariés payés au SMIC, voilà ce qu’a annoncé le Premier Ministre Manuel Valls à l’Assemblée Nationale ce mardi 8 avril 2014.

Une mesure qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2015 prochain et qui se fera grâce à la suppression des charges patronales et à la baisse des cotisations salariales annoncées dans le cadre du pacte de responsabilité ayant pour but de relancer la compétitivité des entreprises et l’économie française.

En conclusion grâce à cette baisse de cotisations : une personne payée au SMIC percevra 500€ nets de plus par an (soit 41.67€ par mois), équivalent à la moitié d’un 13ème mois. Ce gain sera dégressif entre le SMIC et 1,3 fois le SMIC. 4,5 milliards d’euros seront consacrés par l’État sur cette mesure.

 

  • Actuellement et depuis le 1er janvier 2014, le salaire minimum interprofessionnel de croissance est à 9.53€ par mois. Voir notre actualité sur le taux du SMIC horaire brut pour en savoir plus sur ses précédentes augmentations.

 

Abaissement des cotisations famille

 

Autre mesure phare annoncée par le Premier Ministre. La baisse sur les cotisations famille : 1,8 point de moins à partir du 1er janvier 2016 pour les salaires jusqu’à 3 fois et demi le SMIC. Là encore, cette mesure devrait représenter un allégement supplémentaire de près de 4,5 milliards d’euros.

Les allégements sur le coût du travail seront portés à 30 milliards d’euros d’ici 2016 et devraient permettre de relancer le pouvoir d’achat des français et la compétitivité des entreprises françaises. Toutefois, on se demande où l’État va pouvoir trouver tout ce manque à gagner ? Qu’en pensez ?

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !