Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) : Le Sénat rejette la baisse voulue par le gouvernement

Les désaccords semblent perdurer entre l’Assemblée Nationale et le Sénat autour du projet de loi de financement pour la Sécurité Sociale en 2018. Après avoir retoqué la hausse de la CSG pour les retraites, le Sénat vient en effet de refuser la validation des baisses souhaitées par le gouvernement sur l’allocation de garde du jeune enfant versée dans le cadre de la Paje, et sur la prime à la naissance, lesquelles devaient entrer en vigueur en 2018.

baisse-allocations-enfant-rejetee

La branche famille de la Sécurité Sociale excédentaire

Alors que le projet de financement de la Sécurité Sociale pour 2018 est actuellement examiné par le Sénat, il semble que les divergences d’opinions avec l’Assemblée soient nombreuses.

Hier les sénateurs de France rejetaient déjà la hausse de la CSG appliquée aux retraites pour le financement de la disparition d’une partie des cotisations sur les salaires. Aujourd’hui c’est au tour de la diminution d’une partie des prestations familiales d’être rejetée.

Le gouvernement prévoit en effet une diminution du montant de la prestation d’accueil au jeune enfant (PAJE) de 15€ par mois, ainsi qu’un abaissement des plafonds concernant la prime à la naissance pour 2018. Cependant c’était sans compter l’avis du Sénat qui vient de s’opposer à ces réformes faisant notamment part du bilan financier excédentaire de la branche famille de la Sécurité Sociale et d’une atteinte à l’universalité des droits.

Selon la sénatrice PS Laurence Rossignol « pour les 150 000 familles environ qui seraient concernées, ce n’est pas juste, pas utile et pas cohérent ».

30% d’augmentation pour le complément de mode de garde

L’actuelle ministre de la Santé a toutefois profité du débat pour rappeler la hausse de 30% du complément de mode de garde également inclue dans ce projet de loi. Alors que celui-ci s’adresse tout particulièrement aux familles monoparentales ainsi qu’aux foyers présentant les revenus les plus modestes également cités par Laurence Rossignol, Agnès Buzyn a tenté de démontrer l’incohérence des propos de la sénatrice.

Il se pourrait donc que les débats ne soient pas totalement clos en ce qui concerne les prestations familiales versées en 2018.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. vivi 18 novembre 2017 - 19 h 27 min

    Merci c’est une bonne nouvelle surtout pour les mamans mère au foyer