Le plafonnement des allocations familiales a impacté 10% des familles en 2015

Depuis le 1er Juillet 2015, le montant des allocations familiales versées aux parents de plusieurs enfants est soumis à conditions de ressources. Depuis la mise en place de cette mesure, 454 500 familles ont vu leur aide diminuée de façon plus ou moins importante.

plafonnement allocations familiales

10% des familles bénéficiaires concernées

Après un an d’observation, la Cnaf Caisse nationale des allocations familiales, vient de publier les chiffres concernant la récente modulation des allocations destinées aux familles nombreuses en fonction des revenus de leur foyer.

En 2015, 4 874 millions de familles ont perçu des allocations familiales pour 11,635 millions d’enfants. Dans le même temps, 454 500 parmi elles (soit 9.3%), ont vu leurs montants limités selon les plafonds suivants ; montant divisé par deux dès 6 000€ de revenus nets par mois et par quatre dès 8 000€. D’après les chiffres, 219 500 familles ont du renoncé à la moitié de leurs allocations, tandis que 235 000 n’en conservaient qu’un quart.

Rappelons que les foyers d’au moins deux enfants avec moins de 67 408€ de revenus annuels ne sont pas concernés par cette modulation. Les familles de trois enfants et plus bénéficient quant à elles d’un plafond supérieur de 5 595€ par enfant.

Toutefois depuis la mise en place de la mesure un mécanisme de lissage existe si le dépassement des plafonds est inférieur à 12 fois le montant mensuel des allocations et de la majoration pour âge. La famille touche alors un complément qui lui permet de ne pas « sauter » un palier trop vite.

Dégressivité des APL en vue

De la même façon le gouvernement envisagerait de mettre en place une dégressivité des allocations logement dès le mois de Juillet prochain. Le calcul se baserait ainsi non plus uniquement sur les revenus du foyer, mais également sur le montant du loyer du bien concerné par la demande.

Si les associations de locataires ne voient pas cette nouvelle d’un très bon œil, l’état de son côté indique vouloir inciter les Français à se tourner vers de biens dont le prix serait plus en rapport avec leurs revenus.

Reste à savoir combien ces deux mesures font ou feront perdre en pouvoir d’achat aux allocataires et gagner en économies à l’État.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !