Etudes : 600€ de prime pour les « boursiers décrocheurs » reprenant les cours

Alors que François Hollande avait fait de la lutte contre le décrochage scolaire l’un des objectifs de son mandat, voilà que le Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) a validé la mise en place, dès la rentrée 2016, d’une prime annuelle de 600€ pour les « boursiers décrocheurs » qui reprendront les études.

Une prime pour inciter les décrocheurs à poursuivre leurs études

De l’argent pour inciter les décrocheurs à reprendre leurs études !

Alors que quelques modifications vont affecter les bourses du lycée à la rentrée 2016, le Conseil Supérieur de l’Éducation a adopté par décret, en fin de semaine passée, la mise en place d’une mesure faisant partie du plan jeunesse dévoilé en avril dernier.

En effet, à compter du mois de septembre 2016, les boursiers décrocheurs âgés de 16 à 18 ans qui reprendront leurs études bénéficieront d’une prime de 600€ qui s’ajoutera au montant de l’aide déjà accordée.

Si de nombreuses voix avaient vivement critiqué cette « prime au décrochage » pouvant être perçue comme un encouragement à agir de la sorte, c’est finalement ceux qui soutenaient le projet, comme la FCPE, qui auront eu le dernier mot.

Il faut dire que tous ont su mettre en avant les « difficultés rencontrées par les élèves économiquement fragilisés » puisque petits boulots et projection compliquée quant à l’avenir incitent rarement à reprendre les cours.

Bien évidemment, cette prime sera réservée à un nombre limité de lycéens. Seuls seront ainsi éligibles les bénéficiaires d’une bourse de lycée ayant abandonné les études pendant au moins cinq mois et reprenant les cours dans le but d’obtenir un diplôme ou un certificat inscrit au répertoire national des certifications professionnelles.

Avec cette mesure, le gouvernement rappelle que sa volonté de lutter contre le décrochage scolaire est intacte. Rappelons que chaque année, ce sont près de 150 000 jeunes qui sortent du système sans diplôme ou certificat à la clé. Une vraie problématique qui coûte cher aux caisses de l’État.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !