Vide-grenier : ce qui faut savoir avant de vendre ses objets

Au moment de l’été et jusqu’au début de l’automne, c’est la grande saison des vide-greniers avec plus de 50 000 événements recensés par an en France selon le site vide-greniers.org.

Une grande partie des français en sont friands. Pour eux, c’est un peu comme une chasse au trésors à l’occasion de laquelle certains cherchent l’objet rare qui complétera une collection, et d’autres espèrent trouver l’objet utile qu’ils pourront se procurer à moindre coût.

Mais, s’il s’agit également d’un plaisir pour les vendeurs particuliers, ces derniers ont quelques règles et législations à suivre pour ne pas se mettre hors la loi et profiter au mieux de chacun de leurs vide-greniers.

reglementation des vide-greniers

On aurait tendance à croire qu’il suffit de rassembler quelques affaires pêle-mêle, de trouver une planche et deux tréteaux et de se rendre à l’adresse indiquée sur la pancarte ou le flyer pour engager les affaires, mais il n’en est rien. La réglementation des vides-greniers est précise et il vaut mieux se renseigner avant de risquer une amende parfois conséquente.

Un nombre limité à 2 par an

 

C’est la première chose à savoir si vous comptiez arrondir vos fins de mois avec les vides-greniers, ils sont limités pour les particuliers à deux expositions par an seulement. La raison principale étant que le vide-grenier doit rester une activité de loisir non lucrative puisqu’elle est non imposable. Les personnes concernées risquent jusqu’à 6 mois de prison et 45 000€ d’amende pour faux et usage de faux. Autant dire qu’il vous faudra bien choisir à la fois la date et les objets que vous choisirez de vendre.

Anticiper et payer son stand

 

C’est une règle que les adeptes de l’activité apprennent vite, mais qui peut surprendre les novices. En effet pour vendre, il faut payer. Pour avoir le droit d’exposer vos objets à l’occasion d’un vide-grenier, vous devez au préalable réserver un emplacement, et pour cela le payer. Son prix sera calculé au mètre linéaire (comptez environ 4m par stand, de quoi vous installer) et il peut énormément varier. C’est à Paris qu’il est le plus élevé avec 8€ / mètre linéaire, mais l’Alsace affiche aussi une moyenne de 5€ le mètre linéaire. Il vous faudra donc d’abord rentrer dans vos frais avant de faire un quelconque bénéfice sur vos ventes.

Le choix des objets

 

Le particulier qui se lance dans un vide grenier devra faire preuve de discernement dans les choix de ses objets. De façon claire, ils devront tous être d’occasion ou anciens, réparés ou vendus pour pièces. Mais il faut savoir que des vendeurs professionnels pourront être présents, régis eux par d’autres réglementations.

Pas de nourriture, ni d’alcool, ni d’armes

 

C’est une autre particularité des vide-greniers et bien qu’elle ne soit pas toujours respectées, cette loi existe pourtant. Aucun produit alimentaire même dérivé et « fait maison » ne doit être vendu sur un stand. Les bouteilles d’alcool, même anciennes ne sont pas autorisées non plus, quant aux armes la seule exception possible soit que leur vendeur apporte la preuve qu’elles sont totalement neutralisées.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les français raffolent de ces moments de chine et de détente. Entre le fait de recycler de vieux objets, de vider la maison, de rapporter et d’économiser quelques euros et de se faire plaisir, chacun y trouve son compte.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !