Pourquoi certains produits alimentaires seront plus chers au 1er février ? Hausse du Coca Cola, du Nutella, des pâtes Panzani…

Dès le 1er février 2019, vous allez probablement voir augmenter le prix de certains produits que vous consommez habituellement. En effet, plusieurs références très connues comme les pâtes Panzani, le Ricard ou encore le Nutella et le Coca Cola pourraient bien être plus chères dans la majorité des magasins. Pourquoi cette inflation ? La loi Alimentation mise en place par le gouvernement Macron est à l’origine du phénomène.

Plusieurs produits alimentaires vont augmenter dès le 1er février 2019

De nouveaux prix minimums de vente, pour moins pénaliser les producteurs

Initialement, la loi Alimentation a été établie pour apaiser la crise des producteurs et éleveurs, qui dénoncent leurs faibles rémunérations depuis maintenant plusieurs années. Entrant en vigueur dès le 1er février 2019, elle prévoit d’instaurer un prix minimum au moins 10 % supérieur au prix d’achat fournisseur.

Pourquoi cette mesure ? Le gouvernement cherche en réalité à empêcher les grandes surfaces de vendre leurs denrées à prix coûtant ou avec de faibles marges, pour réduire la pression vis-à-vis des producteurs.

Logiquement, les premiers produits impactés seront ceux sur lesquels la grande distribution ne fait que très peu de marge… Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas des produits laitiers, de la viande fraîche ou des fruits et légumes !

D’après les chiffres du gouvernement rapportés dans l’article du journal Capital, 7 % des denrées alimentaires sont commercialisées avec une marge faible. Il s’agit d’une pratique totalement volontaire de la part des géants de la grande distribution, pour mieux attirer les clients dans leurs enseignes.

Plus précisément, les références sur lesquelles les marges sont faibles sont des produits d’appel (marques connues que l’on peut facilement comparer d’une enseigne à l’autre) comme le Coca Cola, les pâtes de la marque Panzani ou encore la pâte à tartiner Nutella. Tous ces grands classiques sont consommés par la majorité des familles, et dès qu’ils sont moins chers, ils incitent à l’achat – c’est la raison pour laquelle les magasins comme Carrefour, Leclerc ou Auchan font tout ce qu’ils peuvent pour les vendre au prix le plus bas, quitte à augmenter les marges sur d’autres éléments pour assurer l’équilibre.

L’UFC-Que Choisir dénonce cette nouvelle loi qui pourrait coûter plus de 170 € par an et par famille. Elle précise que le simple fait de revendre 10 % plus cher des produits industriels comme ceux cités précédemment n’aidera en rien les éleveurs français. Finalement, cette loi pourrait pénaliser les particuliers sans même réussir à remplir son objectif initial, mieux rémunérer nos producteurs et éleveurs.

Le patron de Leclerc s’est lui aussi exprimé sur la mesure, affirmant qu’il trouvait peu pertinent d’augmenter le prix des alcools, sodas et autres pâtes à tartiner pour soutenir l’agriculture. Malgré tout, on sait que Leclerc exerce – aussi bien sur les fournisseurs que sur les producteurs – une grosse pression sur les prix d’achat.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. hachis 24 janvier 2019 - 7 h 33 min

    Honnêtement c’est mesure sert encore à alimenter les caisses de l’état encore les moins riches qui vont subir