Consommation : quels changements au 1er février 2019 ?

Les changements intervenant au 1er du mois font souvent peur aux Français : sont-ils globalement positifs ou négatifs pour février 2019 ? Très concrètement, des hausses de prix en supermarchés et hypermarchés pourraient impacter directement les consommateurs. Mais en parallèle, ils devraient aussi profiter de baisses des énergies ou encore des péages. Nous faisons le point sur les principales mesures qui toucheront la majorité des personnes !

Les changements prévus au 1er février

Produits alimentaires, gaz, péages, prime d’activité : quels changements pour le pouvoir d’achat des Français ?

Hausse de la prime d’activité

Annoncée en décembre 2018 pour apaiser la crise des gilets jaunes, la hausse de la prime d’activité est imminente. Une personne seule gagnant chaque mois entre le Smic et 1 560 € net, par exemple, bénéficiera de 90 € d’augmentation de prime d’activité, selon La Voix du Nord.

Toutes les personnes qui souhaitent toucher la prime d’activité pour la première doivent finaliser leur dossier avant jeudi 31 janvier 2019, pour espérer un premier versement en février 2019. Les demandes traitées au-delà donneront lieu à un traitement plus tardif, pour un premier virement en mars.

Baisse des tarifs réglementés du gaz

Dès vendredi 1er février 2019, les prix réglementés du gaz baissent de 0,73%. Une diminution appréciée par tous les consommateurs qui se chauffent ou cuisinent avec cette énergie, qui subissait une inflation depuis plusieurs mois. On note également que le tarif restera identique en mars, avant de rebaisser de 1,91 % en avril, de 0,6 % en mai et de 0,45 % en juin.

Inflation dans le domaine des produits alimentaires

Avec la loi Alimentation qui entre en vigueur ce 1er févriere 2019, le montant du caddie moyen pourrait bien augmenter dans la plupart des familles. Souhaitée par le ministère de l’Agriculture, cette mesure vise à « forcer » les distributeurs à maintenir une marge de 10 % sur tous les produits alimentaires. Le but final : supprimer les ventes à perte et réduire la pression face aux fournisseurs et éleveurs, auxquels on demande des tarifs d’achat toujours plus bas.

Visant à mieux rémunérer nos producteurs et nos éleveurs, cette mesure devrait engendrer une hausse de 4 % des prix des produits alimentaires, selon Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture. Les produits les plus impactés seront ceux que les magasins vendent sans beaucoup de marge, pour attirer la clientèle (les marques et produits d’appel comme l’eau Evian, le Nutella, les céréales Chocapic ou encore le camembert Président).

Diminution de la facture aux péages… pour les plus fidèles !

Bonne nouvelle pour les automobilistes qui fréquentent souvent les autoroutes : leurs exploitants se sont engagés, ce mois-ci, à réduire leurs prix de 30% pour tous ceux qui font au moins 10 allers et retours par mois. En revanche, pour ceux qui empruntent les autoroutes privées de manière occasionnelle, une hausse des prix aura lieu le même jour, entre 1,8 et 1,9% selon les secteurs.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !