Vers une hausse de 3,5 à 4 % des prix de l’électricité au 1er janvier 2020 ?

La Commission européenne vient d’autoriser EDF à revendre son électricité plus chère à ses concurrents. Au lieu des 42 € le mégawattheure actuels, cela pourrait être revalorisé à 45 €. Une hausse de 3,5% à 4% qui pourrait être répercutée sur la facture des consommateurs dès le 1er janvier 2020, soit une soixantaine d’euros par an pour un ménage qui ne se chauffe qu’avec cette énergie et 30 € pour ceux qui la complète avec une autre pour le chauffage.

+ de 3,5 à 4 % des prix de l’électricité au 1er janvier 2020 ?

D’une trentaine à une soixantaine d’euros supplémentaire

Suite à la séparation de ses activités de distribution et de production – respectivement Enedis et le nucléaire, EDF a obtenu de la Commission Européen, le droit de vendre son électricité d’origine nucléaire plus chère à ses concurrents.

Concrètement, la facture des fournisseurs alternatives passera de 42 € le mégawattheure à 45 €. Naturellement, ces derniers risquent de répercuter cette hausse sur leur prix et donc les consommateurs.

Cela se traduira par une hausse de 3,5% à 4 % d’ici le 1er janvier 2020, soit une trentaine d’euros pour les ménages ayant un mode de chauffage basé sur une autre énergie et une soixantaine d’euros pour tous ceux qui ne recourent qu’à l’électricité.

La compensation par le volume promise aux alternatifs n’est pas certaine

Mais, comble de l’ironie, les ménages chez EDF ne seront pas mieux lotis ! En effet, les tarifs étant régulés sur la base de tous les prix du secteur, cette hausse se répercutera aussi bien sur les 8 millions de clients des fournisseurs alternatives que pour les 25 millions abonnés à EDF.

En contrepartie, le gouvernement avait promis de relever le plafond de l’accès régulés à l’énergie nucléaire historique (Arenh), en le passant de 100 à 150 TWh, afin que les alternatifs puissent compenser cette augmentation des prix par le volume.

Malheureusement, le gouvernement est en train de revenir sur cette annonce, sous couvert qu’il faut « sauver le soldat EDF », dont la dette nette s’élève à 37 milliards d’euros !

Au 20 novembre 2019, nous saurons si le plafond est augmenté ou non, dans la mesure où cette date correspond à la date limite de dépôts des demandes d’achats d’Arenh par les alternatifs.

Une augmentation de 7,13 % depuis juin 2019

Après une première augmentation de 5,9 % au mois de juin 2019, une seconde de 1,23 % au mois d’août, cette troisième hausse porte la note globale à 7,13 %, soit 90 € pour les ménages combinant l’électricité à une autre énergie et 180 € pour les ménages qui l’utilisent exclusivement.

« Compte tenu du climat social actuel, et des revendications autour du pouvoir d’achat, une telle décision serait vécue comme une injustice » précise Naima Idir, présidente de l’Anode, une association regroupant des fournisseurs alternatifs.

A ce jour, Bercy comme le ministère de la Transition écologique se cachent derrière le fait qu’aucune décision n’a pas encore été prise. De son côté, EDF ne fait pas de commentaire sur ce sujet…

Source : Le Parisien

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. marre 25 septembre 2019 - 17 h 19 min

    Moi je me suis fait démarché pas Direct Energie, j ai signé chez eux , le mois d’après j’ai reçu une facture de 200 €, j’ai rien compris, quand j’ai appelé elle a pas su me répondre, normal le service client est au maroc ! J’ai fait opposition et je suis revenu directe à EDF 😡

  2. garfield2601 25 septembre 2019 - 21 h 36 min

    Et pour ceux qui ont un contrat dit en électricité verte, il ne doit pas y avoir d’augmentation puisque c’est l’électricité nucléaire qui augmente !