Obsolescence programmée des imprimantes ? Découvrez une enquête édifiante dans Envoyé Spécial ce soir sur France 2 !

Qui ne s’est jamais plaint de son imprimante qui, après quelques mois ou années de bons et loyaux services seulement, commence à moins bien fonctionner ou, pire encore, tombe en panne sans raison apparente ? En France, les soupçons d’obsolescence programmée visent les principales marques, à savoir HP, Canon, Brother et Espon. Ce soir, l’émission télévisée « Envoyé Spécial » révélera les secrets de fabrication de ces appareils réputés pour leur faible durée de vie.

Plusieurs fabricants d’imprimantes accusés d’obsolescence programmée

Ces constructeurs qui brideraient délibérément nos imprimantes

Dans son émission « Imprimantes, le coût de la panne », Envoyé Spécial vous plongera ce soir au cœur du monde des fabricants, afin de découvrir leurs astuces pour vous faire consommer encore plus. Et si les journalistes s’intéressent à la thématique, c’est bien parce que les pratiques des constructeurs semblent peu honorables.

En effet, Epson est déjà dans le collimateur du système judiciaire français. Concrètement, la marque japonaise fait l’objet d’une plainte pour obsolescence programmée. Une accusation qui concerne aussi les autres marques qui dominent le marché, à savoir HP, Canon et Brother.

Concrètement, les imprimantes à jet d’encre sont les plus visées. Par exemple, on commence à se poser des questions sur les capteurs de l’appareil, supposés nous informer qu’il est temps de changer les cartouches d’encre. Au début, on voit une simple note nous affirmant que l’encre est « presque vide ».

Mais rapidement, l’imprimante s’arrête de fonctionner jusqu’à ce que l’on remette une nouvelle cartouche. Finalement, on soupçonne les marques d’accélérer ce processus et de fausser le capteur du niveau d’encre, pour inciter les utilisateurs à se procurer de nouvelles cartouches — alors même qu’en réalité, il leur reste encore de l’encre.

Si cette accusation se confirme (il s’agit à l’heure actuelle d’une supposition), les marques concernées pourraient être poursuivies pour tromperie. D’une façon plus générale, on les accuse surtout d’obsolescence programmée, car les imprimantes semblent durer de moins en moins longtemps, avec aucune possibilité de réparation et l’obligation d’acheter trop souvent un nouvel appareil.

Alors même que plus de 100 millions d’exemplaires se sont vendus à travers le monde l’an dernier, le marché de l’imprimante pèse très lourd. Bientôt, suite aux enquêtes judiciaires, les consommateurs en sauront davantage sur les pratiques des fabricants. D’ici là, ils peuvent s’informer dès ce soir, en regardant l’émission « Envoyé Spécial » animée par Élise Lucet en première partie de soirée, jeudi 29 mars 2018 sur France 2.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !