Restaurant : les menus écrits sont fait pour influencer les clients

Choisir un plat dans un restaurant n’est jamais une mince affaire. Or, si nous croyons tous être totalement libres de nos choix, il n’en est en réalité rien. En effet, les restaurateurs disposent de nombreuses techniques pour pouvoir orienter les choix de la clientèle. Certains aspirent ainsi à vous faire choisir les plats les plus rentables pour eux.

restaurant

Menu restaurant : choisir un plat n’est jamais un hasard

A la table d’un restaurant, la liberté de choisir ce que l’on veut manger est un aspect très agréable. Pourtant, il semblerait que les restaurateurs disposent de nombreuses techniques commerciales pour nous faire consommer un plat plutôt qu’un autre.

Si dans l’univers du fast-food, les enseignes tentent d’attirer les clients par des menus spéciaux à petits prix comme les menus McFirst et Smart récemment lancés par McDo et Quick, dans le secteur de la restauration, les techniques utilisées sont toute autre.

Déjà, les restaurateurs ont bien compris qu’hommes et femmes ne réagissaient pas pareils devant un même menu pour la simple et bonne raison que leurs attentes sont différentes. Un homme va plutôt chercher un plat principal à base de viande et va accorder de l’importance à la notion de « copieux », terme qui va au contraire faire fuir les femmes qui préfèreront une cuisine délicate et un plat de légumes quitte à se faire ensuite plaisir avec un bon et petit dessert sucré.

Pour s’adapter aux deux, de nombreux restaurants outre-Atlantique proposent ainsi des menus communs mais avec de nombreuses options. Ainsi, chacun pourra personnaliser un même plat et l’adapter à ses réelles attentes. De même, en matière de desserts, les femmes pourront s’offrir le plaisir de leur choix en petites portions alors que les hommes retrouveront les goûts de leur enfance qui leurs sont si chers.

La psychologie du consommateur maîtrisée par les professionnels

Mais si certains restaurateurs font des efforts pour s’adapter à vous et faciliter vos choix, d’autres, moins scrupuleux, tentent de vous orienter vers les plats les plus rentables pour eux.

La technique du plat écrit en gras et encadré sur l’ardoise située devant le restaurant en est souvent le plus beau symbole. Souvent pas cher, ce plat, vendu comme la spécialité maison, est souvent celui qui s’avère le plus rentable pour le restaurateur et grâce à son ardoise, il sait qu’une partie de sa clientèle choisira ce dernier.

De même, parce que tous les clients désirent réduire au maximum leur facture tout en mangeant bien, certains restaurateurs positionnent volontairement les plats les plus rentables, souvent les moins chers, à côté des plats les plus chers de la carte. Psychologiquement, le client pense alors faire une bonne affaire en optant pour le plat le moins cher et le restaurateur atteint là son objectif.

Et les techniques ne s’arrêtent pas là puisque l’absence du symbole monétaire pour les prix tend à faire perdre la valeur de l’argent alors que la présence de photos ou de descriptions plus longues plait à la clientèle.

S’il est donc évident que nous sommes influencés par les restaurateurs, l’essentiel à retenir est sans doute ailleurs : avoir passé un bon moment à déguster de délicieux plats.

Source : Le Figaro

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !
  1. Charlie 3 avril 2015 - 17 h 25 min

    Je trouve ces conclusions complètement fantaisistes, pour ne pas dire fausses: je ne connais absolument aucune femme de ma connaissance qui va être rebutée par la viande (sauf si elle est végétarienne bien entendu) ou le terme copieux, et qui va privilégier les plats de légumes et les desserts en petite portion !
    Quand on va au restaurant c’est pour se faire plaisir (surtout au prix que ça coûte) et pour bien manger, pas pour systématiquement bafouer notre plaisir en supprimant les aliments du menu qui ont l’air contraire au culte de la minceur…
    Toutes mes amies et moi-même nous faisons plaisir avec un bon steak, un plat à base de fromages ou un dessert plein de chocolat etc, sans culpabilité inutile et surtout sans réfléchir dix ans à ce qui a l’air le plus « léger » sur la carte !