Hausse des prix à la pompe : l’essence et le diesel plus chers à cause des marges des distributeurs et des taxes ?

Aucun automobiliste n’a pu passer à côté de la hausse du prix des carburants, qui ne cesse d’impacter le budget des Français. Selon la CLCV, association de défense des consommateurs, les conséquences seraient de l’ordre de 100 à 225 € par voiture et par an. Mais pourquoi les prix grimpent-ils à une telle vitesse ? L’association dénonce principalement les hausses de taxes et les marges que les distributeurs s’accordent.

La hausse du prix des carburants résulte en partie de l’augmentation des marges commerciales et des taxes

Bientôt 1,50 € le litre d’essence et 1,40 € le litre de gazole ?

Jusqu’où les prix des carburants vont-ils grimper ? Les Français sont nombreux à chercher les meilleurs bons plans pour réduire la facture à la pompe, parce qu’ils savent que les tarifs au litre ne cessent d’augmenter — et ils en subissent les conséquences à chaque plein.

Concrètement, selon les calculs de l’association de défense des consommateurs, en utilisant les données de l’Union des industries pétrolières et du Ministère de l’Économie, l’essence SP95 pourrait atteindre 1,50 € par litre et le gazole 1,40 €. Ce qui correspond à une hausse de 10 centimes par litre d’essence et 15 centimes par litre de gazole.

Qui sont les responsables de ce phénomène ? L’augmentation du prix du baril n’est pas sans conséquence sur la facture des automobilistes à la pompe, mais la CLCV nuance : la forte appréciation de l’euro par rapport au dollar devrait limiter les conséquences de cette hausse.

En revanche, la CLCV dénonce les marges toujours plus hautes que les distributeurs se réservent : elles sont passées de 11 centimes à 13,9 centimes par litre d’essence entre 2017 et 2018. Pour le gazole, on observe une hausse de 11,2 à 12,6 centimes.

En parallèle, la hausse de la contribution énergie, plus importante pour le diesel que pour l’essence, vient aussi gonfler les prix des carburants. Elle a été envisagée pour limiter la consommation d’énergie fossile, mais elle reste pour l’instant sans effet positif selon la CLCV, si ce n’est qu’elle retire encore un peu de pouvoir d’achat aux Français.

Devant cette situation, la CLCV demande au gouvernement de stopper cette augmentation des taxes sur le carburant, tout en réclamant des marges plus raisonnables dans la distribution.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !