EDF réclame une hausse de ses tarifs de 2,5 % par an jusqu’en 2019

Alors qu’EDF fait face à des difficultés de marché, le géant français de l’électricité va demander à l’Etat Français une hausse annuelle de ses tarifs de 2,5% et ce jusqu’en 2019. Pas sûr toutefois que le gouvernement français accepte cette réclamation … surtout en année pré-électorale.

De nouvelles augmentations des tarifs de l’électricité en vue ?

De nouvelles augmentations des tarifs de l’électricité en France ? Pas sûr !

 

Quelques jours après avoir annoncé la distribution de 1 million d’ampoules LED gratuites d’ici 2017 aux ménages modestes afin de les accompagner dans le cadre de la transition énergétique, voilà qu’EDF continue de faire parler de lui, pour une toute autre raison.

En effet, faisant face à d’importantes difficultés de marché (augmentation des coûts et baisse du nombre de clients) et anticipant le rachat des activités nucléaires d’Areva, le fournisseur français d’électricité a réclamé à l’Etat une hausse de ses tarifs. Et pas des moindres puisqu’EDF a demandé une augmentation de 2,5% par an jusqu’en 2019.

Ayant d’ores et déjà annoncé un plan de restructuration qui verra le groupe français se séparer de 5% de son effectif d’ici 2018, EDF aimerait être soutenu par l’Etat à l’heure où l’ouverture du marché pourrait fortement entamer la rentabilité de l’entreprise.

Eh oui, d’ici 2019, des prévisions estiment qu’EDF pourrait perdre 19% de ses parts de marché de fourniture d’énergie aux professionnels et 9% en ce qui concerne les particuliers.

Pour autant, l’État, qui a la main sur les tarifs réglementés de l’électricité, pourrait ne pas suivre. Si Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, avait accepté d’augmenter les tarifs de 2,5% à l’été 2015, c’est uniquement pour trouver un compromis avec la Commission de Régulation de l’Électricité qui préconisait une hausse de 8%.

De plus, 2016 étant une année pré-électorale, difficile d’imaginer le gouvernement prendre une mesure impopulaire et entamant un peu plus le pouvoir d’achat des Français alors même qu’il semble obligatoire de retrouver le chemin d’une croissance plus soutenue … ne serait-ce que pour pouvoir espérer une réélection.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !