Coronavirus : l’UFC-Que Choisir identifie une hausse des prix des fruits et légumes

Jusqu’à 12 % plus chers, nos fruits et légumes deviendraient-ils des produits de luxe en cette période de confinement ? L’UFC-Que Choisir vient de publier les résultats de son étude sur les tarifs de ces denrées alimentaires de première nécessité. L’association met le doigt sur une augmentation d’environ 6 % pour les fruits et légumes dits « classiques », avec des hausses qui atteignent des sommets sur certaines références particulières, notamment issues de l’agriculture biologique.

Les prix des fruits et légumes en forte hausse, selon l’UFC-Que Choisir

Fermeture des frontières, frais de transport : la pression sur le marché des fruits et légumes

Il y a quelques jours, l’UFC-Que Choisir observait des prix relativement stables sur les produits de première nécessité, même s’ils coûtent plus cher aux particuliers notamment parce que les marques « discount » sont moins souvent disponibles en rayon. Mais son enquête sur les fruits et légumes montre des conclusions différentes.

Aujourd’hui, l’organisme revient avec des chiffres particulièrement parlants en matière de hausse des prix au rayon des fruits et légumes. Depuis le début du confinement, ils nous coûtent 6 à 12 % plus cher, en fonction des références.

Ce sont les aliments biologiques qui semblent accuser la hausse la plus importante. Par exemple, l’UFC-Que Choisir a identifié une élévation de 25 % du prix des tomates grappe bio dans les différents Drive passés au crible.

Grégory Caret, membre de l’observatoire de la consommation à l’UFC-Que Choisir, s’inquiète de voir une telle augmentation sur des produits aussi incontournables. Car selon lui, les fruits et légumes représentent 25 % de nos achats de première nécessité… L’impact sur le budget courses est donc important.

Pourquoi ces hausses de prix ? Selon l’UFC-Que Choisir, la fermeture des frontières avec des pays comme la Pologne et l’Italie, qui nous vendent beaucoup de fruits, est pénalisante car elle réduit considérablement l’offre.

De plus, on note que les frais de transport des marchandises ont bondi de 30 %, notamment en raison du coût lié à la mise en place de mesures de sécurité pour les professionnels. L’usage de davantage d’emballages, pour rassurer les consommateurs, représente aussi une dépense supplémentaire qui impacte directement le budget des Français.

Il est important de noter que nos hypermarchés ont pour la plupart pris la décision de privilégier l’agriculture locale pour la soutenir. En ce sens, ils vendent beaucoup plus de fruits et légumes produits dans un rayon proche de leur magasin. Ce sont des aliments généralement plus chers que les denrées importées.

À titre d’information, l’UFC-Que Choisir estime que depuis le début du confinement, le panier moyen du Français a augmenté de 2,5 %.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !