Montant du Smic, tarif des cigarettes, lunettes et prothèses dentaires : ce qui change au 1er janvier

Chaque premier jour du mois, des changements viennent impacter la vie des Français. Forcément, l’arrivée d’une nouvelle année implique aussi des modifications dans la vie courante, qu’elles soient plutôt positives ou plutôt négatives. Du montant du Smic au coût des cigarettes en passant par le remboursement des lunettes et autres prothèses dentaires, zoom sur les principaux éléments qui vont changer pour vous en ce 1er janvier 2020.

Découvrez les changements qui vous impactent au 1er janvier 2020

Le Smic revalorisé de 1,2 %

Au 1er janvier 2020, conformément à ce qui avait été annoncé par le gouvernement courant décembre, le Smic va augmenter de 1,2 %. Il ne s’agit pas ici d’un « coup de pouce » comme le fait parfois l’État, mais d’une hausse mécanique découlant directement de l’inflation.

Par la même occasion, le plafond de la sécurité sociale évolue et augmente lui aussi. Pour rappel, il sert dans de nombreux cas, pour calculer la somme des pensions d’invalidité versées, mais aussi celle des indemnités journalières que l’on reçoit en cas d’arrêt maladie ou d’accident du travail, par exemple.

Vers un remboursement intégral et lunettes et prothèses dentaires

Cela faisait partie d’une des promesses d’Emmanuel Macron en tant que candidat à la présidence de la République : rendre les dispositifs médicaux comme les lunettes et prothèses dentaires plus accessibles, avec un reste à charge de 0 € pour les Français.

C’est dans ce but qu’il a mis en place la réforme « 100 % santé ». Progressivement, on parviendra à rembourser intégralement les lunettes et les prothèses dentaires, en associant la prise en charge de l’Assurance Maladie avec celle des mutuelles.

Un nouveau mode de calcul pour les allocations logement

Les personnes qui perçoivent l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation de logement familiale (ALF) ou encore l’allocation de logement sociale (ALS) auront désormais une aide calculée selon leurs revenus des 12 derniers mois. Auparavant, le montant des allocations dépendait des ressources déclarées deux années plus tôt. Initialement annoncée au 1er janvier, cette mesure se concrétisera finalement à partir d’avril 2020.

Également pour favoriser l’accès au logement des foyers modestes, les nouveaux propriétaires d’un logement HLM ne devront pas immédiatement payer tous les frais de copropriété, dans le cadre de l’application d’une ordonnance publiée au journal officiel en mai 2019.

Le permis à 1 € par jour, pour certaines auto-écoles seulement

Désormais, le dispositif « permis à 1 € par jour » concernera uniquement les auto-écoles pouvant revendiquer le label « qualité des formations au sein des écoles de conduite ». Ce dispositif est possible dans le cadre d’un prêt à taux zéro souscrit par les 15-25 ans pour financer leur permis A1, A2 ou B.

Plusieurs changements dans le domaine de la consommation (tabac, cotons tiges, alimentation)

Dès le 1er janvier 2020, certaines cigarettes vont coûter plus cher : pour plusieurs marques, le prix du paquet de 20 passera à 9,10 € ou 9,20 €. À terme, le ministère des Solidarités et de la Santé envisage de commercialiser le paquet de cigarettes au prix symbolique de 10 €, pour décourager un maximum de consommateurs.

Dans le rayon hygiène de nos supermarchés, les cotons tiges à usage unique formés à base de plastique seront interdits à la commercialisation dès le 1er janvier 2020. Pour se nettoyer les oreilles, il faudra se tourner vers d’autres alternatives (cotons biodégradables ou sprays spécifiquement élaborés à cet effet).

Côté alimentaire, le dioxyde de titane, un additif également connu sous l’appellation E171, sera interdit sur le marché des produits destinés à la consommation. Utilisé dans de nombreux produits pour ses propriétés colorantes et opacifiantes, il est soumis à controverse. Si les données scientifiques sont insuffisantes pour s’assurer que ce produit est sans risque, le gouvernement préfère le retirer ponctuellement de la vente, pendant un an, pour limiter l’exposition des consommateurs le temps d’en savoir plus à son sujet.

Pour finir, il convient de rappeler aux particuliers employeurs (ceux qui ont recours à une assistante maternelle, par exemple) qu’ils doivent s’atteler au prélèvement à la source de leur salarié. Ils peuvent se rendre sur le site monprelevementalasource.urssaf.fr pour obtenir toutes les informations dont ils ont besoin dans cette optique.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !