Autoroutes : de nouvelles stations essence beaucoup moins chères

Quand il faut faire un plein de carburant sur nos autoroutes, la facture s’envole très rapidement : les prix au litre dépassent nettement ceux des hypermarchés et même ceux des stations de centre-ville sur les aires du réseau privé. Mais la donne pourrait changer avec Fulli, la station essence créée par APPR, le gestionnaire des autoroutes du sud de la France. Elle promet une baisse d’au moins 0,07 € par litre d’essence.

Des stations essence moins chères sur nos aires d’autoroute

L’essence jusqu’à 0,08 € moins chère dans les stations Fulli

Pour beaucoup de Français, quand on part en vacances, toutes les astuces sont bonnes pour trouver du carburant moins cher, sachant que les coûts pratiqués sur les aires d’autoroutes restent pour beaucoup prohibitifs.

APPR, l’actuel gestionnaire des autoroutes de France, lance près de l’A6 sa station Fulli, selon une information du Parisien. C’est la première fois qu’un concessionnaire d’autoroutes met en place un point de vente de carburants sur le territoire, et les promesses sont plutôt alléchantes.

En effet, l’objectif de Fulli est de faire diminuer de 0,07 à 0,08 € par litre le prix de l’essence. La première station a été inaugurée sur l’autoroute A6, à la place d’un ancien point Total et à une cinquantaine de kilomètres au nord de Lyon.

Si Fulli ne prétend pas rivaliser avec les tarifs ultra-négociés de nos hypermarchés, ce concept expérimental espère bien proposer des prix semblables – voire inférieurs – à ceux des stations de centre-ville.

Par exemple, au 23 avril 2019, selon Mon-essence.fr, les prix étaient les suivants pour ces stations immédiatement proches :

  • Shell Taponas : 1,635 € le litre de gazole et 1,693 € le litre de SP95-E10
  • Simply Market Montceaux : 1,455 € le litre de gazole et 1,509 € le litre de SP95-E10
  • Fulli Dracé : 1,516 € le litre de gazole et 1,567 € le litre de SP95-E10

Fulli parvient donc effectivement à se montrer moins chère que Shell, mais reste légèrement plus onéreuse que les stations de ville. Pour relever ce défi, Fulli doit composer avec les obligations d’une station d’autoroute, à savoir l’ouverture 24 heures sur 24 et tous les jours de la semaine, les WC à disposition ou encore la possibilité de s’arrêter manger. Pour tous ces services, la station limite la quantité d’intermédiaires avec lesquels elle travaille. Il n’y aura pas, non plus, de « carburants de luxe », pour réduire l’offre à l’essentiel et vendre davantage de volume.

Belle promesse, Fulli n’en est qu’à ses débuts : le concept va-t-il tenir la route ? En tous les cas, il promet d’apporter de nombreuses autres innovations, comme des toilettes réservées aux familles.

Pour finir, il est important de noter que la Sanef et Vinci Autoroutes gèrent également une grande partie du réseau, et n’ont pour le moment pas l’intention de développer un tel concept.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !