Téléphone au volant : Bientôt des amendes plus chères ?

Le gouvernement pourrait s’apprêter à durcir le montant des contraventions dressées en cas d’utilisation du téléphone au volant. Ainsi si un décret devait paraître comme le suggère la délégation interministérielle à la Sécurité routière, il pourrait vous en coûter beaucoup plus cher de vous faire contrôler par les forces de l’ordre en pleine conversation téléphonique avec un ami ou votre patron.

telephoner au volant

Bientôt une amende encore plus chère si vous téléphonez en conduisant ?

Actuellement téléphoner, même en utilisant des oreillettes ou un écouteur ou simplement utiliser votre smartphone d’une main est interdit que vous soyez au volant de votre voiture ou de votre deux-roues. En cas de contrôle de Police, il vous en coûte 135€ et trois points sur votre permis.

Mais la délégation interministérielle à la Sécurité routière souhaite aller plus loin dans le combat de ces infractions au code de la route après avoir constaté un net relâchement des conducteurs.

En effet, entre janvier et mars 2017 une étude menée sur 20 575 véhicules révélait que 7% des conducteurs téléphonaient encore au volant, alors que 40% avaient leur smartphone en main et donc l’attention en partir déviée de la route. Il également faut rappeler que l’année 2015 avait vu plus de 300 000 conducteurs sanctionnés pour les mêmes infractions avec un total de 956 000 points retirés et autant de procès verbaux.

Or, la dangerosité du téléphone est un fait que combattent les associations de défense des victimes de la route depuis de nombreuses années déjà. En 2016, onze nouvelles infractions pour lesquelles sont utilisés la vidéo verbalisation ou les radars fixes ont d’ailleurs été ajoutées à la liste de celles déjà existantes.

Selon Anne Lavaud déléguée générale de la Prévention routière dans les colonnes du Parisien, alors que l’Italie réfléchirait à une suspension de permis de trois mois en cas de récidive, agir sur le montant de l’amende et le nombre de points retirés est un premier levier à actionner dès maintenant.

En amont, la question pourrait être abordée via un module dédié lors de la formation au permis de conduire, tandis que le droit à la déconnexion dont il est de plus en plus question ces dernières années, permettrait aux salariés de ne plus être tenus de répondre à tous moments et donc en voiture. Des applications automatiques de blocage pourraient également voir le jour prochainement.

Pour le moment, seuls sont autorisés les systèmes de communication intégrés au véhicule ou au casque pour les motards.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !