L’État pourrait diminuer d’1 milliard d’Euros les aides au logement

L’État cherche à faire des économies à tous les niveaux. L’année prochaine, se sont à nouveau 15 Milliards qui devront être trouvés afin de réduire les dépenses. Selon le Journal du Dimanche et BFM Tv, il se pourrait qu’un de ces milliards viennent d’une révision des aides au logement.

etat pourrait vouloir économiser 1 milliard sur les aides au logement

Toujours plus d’aides à verser

Le montant des aides au logement versées varie en fonction d’un principe simple qui veut qu’à chaque fois que les aides augmentent, les loyers augmentent en conséquence et donc, les aides doivent augmenter à nouveau. C’est entre autre par ce fonctionnement que l’on constate chaque année une augmentation des aides au logement de l’ordre de 500 à 600 millions d’Euros.

À l’heure ou la France est obligée de réaliser de gros efforts en matière d’économie, mais aussi d’augmenter certaines recettes, le rapport conjoint de l’Inspection Générales des Finances et de l’Inspection générale des affaires sociales se révèle plutôt strict dans ses propositions.

1 milliard d’euros d’économie sur les aides au logement

Alors que 17 milliards ont été dépensés en 2014 pour les 5 millions de foyers concernés par les aides au logement, il se pourrait que les comptes de 2015 affichent un chiffre légèrement en deçà. Sur les 15 milliards d’euros d’économies prévu, 1 milliard pourrait provenir des aides au logement.

Selon un rapport remis au gouvernement en Janvier par IGF et Igas, certaines pistes plus ou moins polémiques seraient évoquées à titre de proposition :

  • Le montant des APL pourrait être modulé en fonction du taux d’effort des foyers, c’est-à-dire le rapport entre le montant du loyer et le montant des revenus de chacun
  • Suppression des APL pour les propriétaires de résidences secondaires ou de biens loués.
  • Refonte des critères d’attribution de l’APL en fonction de la superficie du logement concerné, de son loyer et du patrimoine des occupants.
  • L’interdiction de rattacher un étudiant bénéficiaire des APL au foyer fiscal de ses parents (proposition rejetée une première fois par le Parlement).

Suite à ce rapport, un groupe de députés est actuellement chargé d’une réflexion globale sur le sujet dont les conclusions seront remises à la fin du mois de Mai. Pour le président de ce groupe, François Pupponi, il serait hors de question de toucher aux étudiants, alors que les bénéficiaires possédant une résidence secondaire pourraient être impactés.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !