Automobile : Gagner des euros en laissant sa voiture au garage, bientôt possible ?

Les automobilistes qui ont l’habitude de circuler sur la commune de Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine vont prochainement pouvoir tester un dispositif innovant et plutôt lucratif venu tout droit des Pays-Bas. En effet, à chaque fois qu’ils feront le choix de ne pas prendre leur voiture aux moments de forte affluence sur la route, ils se verront verser la somme de 2€.

nouveau systeme de peage positif

Empocher 2€ pour éviter les heures de pointe en voiture

Le concept vient des Pays-Bas où il s’apparente à un « péage positif » proposé par l’entreprise d’ingénierie Egis dans le cadre d’un appel d’offre de la Société du Grand Paris en lien avec les travaux du Grand Paris Express et ses nouvelles lignes de métro prévus pour durer jusqu’en 2030.

Si habituellement les conducteurs doivent s’acquitter d’un montant variable quand ils franchissent un péage, il est ici question d’être rétribuer pour ne pas l’emprunter.

En effet, le dispositif prochainement installé près d’un chantier du Grand Paris à Boulogne-Billancourt permettra aux conducteurs qui éviteront de circuler pendant les heures de pointe, de toucher à chaque fois la somme de 2€.

Dès fin avril ou début mai, 100 à 150 particuliers automobilistes se verront proposer l’expérimentation pour quelques semaines.

Celle-ci consistera en l’apposition sur leur véhicule d’un boitier géolocalisé à l’aide d’une carte SIM. Chaque jour, plusieurs solutions comme le télétravail, les transports en commun ou le vélo leurs seront proposées afin d’éviter les heures où le trafic est le plus dense. Tout ceux qui y parviendront se verront à chaque fois attribuer des points, qui finiront par leur être échangés contre un versement en euros.

Alors que le principe a permis de donner de bonnes habitudes de conduite aux habitants des Pays-Bas qui l’ont testé et ont gardé pour 85% d’entre eux leurs réflexes même alors qu’ils n’étaient plus rémunérés, la société Egis souhaiterait à terme l’installer partout où des travaux sont à l’origine de ralentissements et de bouchons.

Une bonne idée pour un meilleur confort sur la route mais aussi pour réduire l’impact de l’automobile sur l’environnement en complément des pastilles Crit’air dorénavant obligatoires dans plusieurs grandes villes de France.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !