Les assureurs continuent d’imposer les garagistes malgré la loi

Alors que le secteur de l’automobile est régulièrement au cœur de polémiques diverses (pollution, code de la route, etc…), l’association de consommateurs UFC Que Choisir vient de jeter un pavé dans la mare en dévoilant les résultats d’une nouvelle étude. Selon elle, les assureurs continuent d’imposer le choix d’un garagiste malgré la loi Hamon.

Les assurances continuent de dicter le choix du garage

Des assureurs hors-la-loi pour entretenir leur business avec les garages

Alors que la loi Hamon est à l’origine de la tarification des parkings au quart d’heure ou encore du lancement de Bloctel, il semblerait que l’ensemble de ses dispositions ne soit pas appliqué par tous.

En effet, l’UFC Que Choisir révèle que de nombreux assureurs imposent à leurs clients le garage dans lequel devront s’effectuer les réparations ce qui est totalement interdit. En vertu de la loi Hamon, renforcée depuis par l’arrêté du 24 juin 2016, le sinistré a le droit de choisir le garage qu’il préfère et peut donc faire jouer la concurrence.

Pour prouver ce qu’elle avance, l’association de consommateurs s’est procurée auprès de clients de nombreux courriers d’assurance ayant recours à ce type de pratiques. Certaines compagnies n’hésitent d’ailleurs pas à offrir des avantages financiers aux assurés pour les convaincre d’aller chez le « bon » garagiste. D’autres vont plus loin et redirigent la voiture d’un établissement à un autre, une méthode forte pour que le véhicule soit réparé par le garagiste souhaité.

Bien évidemment, ces pratiques cachent un véritable business puisque des accords « cachés » existent entre les garages et les assurances. Ces dernières apportent de la clientèle et en contrepartie les professionnels de la réparation effectuent leur travail à moindre coût. Gagnant-gagnant donc.

Seulement voilà, le consommateur aussi a des droits et UFC Que Choisir entend bien le rappeler. L’association a d’ailleurs profité de la tribune qui lui était offerte pour préciser que non seulement les assurances devaient laisser les clients choisir leur garage mais aussi qu’elles devaient les informer de ce droit.

La bataille ne fait donc que commencer et risque bien de se poursuivre devant la justice si les assureurs ne revoient pas rapidement leur copie.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !