Allocations familiales : Bientôt un traitement plus individuel des familles ?

À la suite d’un drame familial ce dimanche 10 Juillet, la CNAF (Caisse Nationale des Allocations Familiales) demande par le biais de son directeur une gestion plus personnalisée et adaptée des dossiers des allocataires.

femme difficultes

Un drame lié à une réglementation administrative

Le 10 Juillet dernier, une jeune femme de 31 ans, mère de deux enfants et installée à Armentières dans le Nord de la France, à choisi de mettre fin à ses jours après que les allocations qui lui permettaient de faire vivre sa famille lui aient été retirées.

Si le journal La Voix du Nord avait déjà signalé le contexte social difficile de la jeune femme en Mai dernier, c’est une réglementation de la CNAF pour les couples transfrontaliers qui à précipité le drame.

Le père des enfants vivant en Belgique, ceux-ci ont automatiquement été désignés bénéficiaires d’allocations dans le pays. La CAF en a tenu compte pour le calcul des prestations versées en France qui, par effet de conséquence ont été supprimées.

Avec deux enfants à charge dont un handicapé, la vie de la jeune mère est rapidement devenue intenable jusqu’à cette issue dramatique. Selon les règlements de la CAF : « Lorsque deux Etats ouvrent des droits aux prestations en faveur des mêmes enfants, il n’est pas possible de cumuler l’intégralité de ces prestations. »

Vers une évolution du traitement des dossiers par la CAF

À la suite de ce geste terrible, Daniel Lenoir directeur de la CNAF avait tenu à réagir via un communique rendu public sur Facebook : « Cet événement dramatique me renforce dans mon engagement pour améliorer l’accès au droit et pour la mise en place de dispositifs de médiation qui permettent une application plus souple et plus personnalisée de la réglementation. »

Il semblerait donc que les aides sociales soient amenées à évoluer et à être versées non plus uniquement en fonction d’une situation administrative, mais un peu plus au cas par cas afin d’éviter que de telles situations puissent à nouveau avoir lieu. La complexité des règles conduit parfois à des aberrations dont les conséquences peuvent être graves.

Ailleurs sur le web
Vos réactions sur cet article !